Genèse 1. Calculs des valeurs numériques comparées En Hébreu et en grec (II)

De Ebior

Précédent   : principes du calcul des valeurs réduites


Le texte grec du chapitre I de la Genèse

Texte de la LXX (Septante) : édition de Rahlfs . Les passages avec des variantes discutées ci-dessous sont en rouge.

1:1 εν αρχη εποιησεν ο θεος τον ουρανον και την γην

1:2 η δε γη ην αορατος και ακατασκευαστος και σκοτος επανω της αβυσσου και πνευμα θεου επεφερετο επανω του υδατος

1:3 και ειπεν ο θεος γενηθητω φως και εγενετο φως

1:4 και ειδεν ο θεος το φως οτι καλον και διεχωρισεν ο θεος ανα μεσον του φωτος και ανα μεσον του σκοτους

1:5 και εκαλεσεν ο θεος το φως ημεραν και το σκοτος εκαλεσεν νυκτα και εγενετο εσπερα και εγενετο πρωι ημερα μια

1:6 και ειπεν ο θεος γενηθητω στερεωμα εν μεσω του υδατος και εστω διαχωριζον ανα μεσον υδατος και υδατος και εγενετο ουτως

1:7 και εποιησεν ο θεος το στερεωμα και διεχωρισεν ο θεος ανα μεσον του υδατος ο ην υποκατω του στερεωματος και ανα μεσον του υδατος του επανω του στερεωματος

1:8 και εκαλεσεν ο θεος το στερεωμα ουρανον και ειδεν ο θεος οτι καλον και εγενετο εσπερα και εγενετο πρωι ημερα δευτερα

1:9 και ειπεν ο θεος συναχθητω το υδωρ το υποκατω του ουρανου εις συναγωγην μιαν και οφθητω η ξηρα και εγενετο ουτως και συνηχθη το υδωρ το υποκατω του ουρανου εις τας συναγωγας αυτων και ωφθη η ξηρα

1:10 και εκαλεσεν ο θεος την ξηραν γην και τα συστηματα των υδατων εκαλεσεν θαλασσας και ειδεν ο θεος οτι καλον

1:11 και ειπεν ο θεος βλαστησατω η γη βοτανην χορτου σπειρον σπερμα κατα γενος και καθ' ομοιοτητα και ξυλον καρπιμον ποιουν καρπον ου το σπερμα αυτου εν αυτω κατα γενος επι της γης και εγενετο ουτως

1:12 και εξηνεγκεν η γη βοτανην χορτου σπειρον σπερμα κατα γενος και καθ' ομοιοτητα και ξυλον καρπιμον ποιουν καρπον ου το σπερμα αυτου εν αυτω κατα γενος επι της γης και ειδεν ο θεος οτι καλον

1:13 και εγενετο εσπερα και εγενετο πρωι ημερα τριτη

1:14 και ειπεν ο θεος γενηθητωσαν φωστηρες εν τω στερεωματι του ουρανου εις φαυσιν της γης του διαχωριζειν ανα μεσον της ημερας και ανα μεσον της νυκτος και εστωσαν εις σημεια και εις καιρους και εις ημερας και εις ενιαυτους

1:15 και εστωσαν εις φαυσιν εν τω στερεωματι του ουρανου ωστε φαινειν επι της γης και εγενετο ουτως

1:16 και εποιησεν ο θεος τους δυο φωστηρας τους μεγαλους τον φωστηρα τον μεγαν εις αρχας της ημερας και τον φωστηρα τον ελασσω εις αρχας της νυκτος και τους αστερας

1:17 και εθετο αυτους ο θεος εν τω στερεωματι του ουρανου ωστε φαινειν επι της γης

1:18 και αρχειν της ημερας και της νυκτος και διαχωριζειν ανα μεσον του φωτος και ανα μεσον του σκοτους και ειδεν ο θεος οτι καλον

1:19 και εγενετο εσπερα και εγενετο πρωι ημερα τεταρτη

1:20 και ειπεν ο θεος εξαγαγετω τα υδατα ερπετα ψυχων ζωσων και πετεινα πετομενα επι της γης κατα το στερεωμα του ουρανου και εγενετο ουτως

1:21 και εποιησεν ο θεος τα κητη τα μεγαλα και πασαν ψυχην ζωων ερπετων α εξηγαγεν τα υδατα κατα γενη αυτων και παν πετεινον πτερωτον κατα γενος και ειδεν ο θεος οτι καλα

1:22 και ηυλογησεν αυτα ο θεος λεγων αυξανεσθε και πληθυνεσθε και πληρωσατε τα υδατα εν ταις θαλασσαις και τα πετεινα πληθυνεσθωσαν επι της γης

1:23 και εγενετο εσπερα και εγενετο πρωι ημερα πεμπτη

1:24 και ειπεν ο θεος εξαγαγετω η γη ψυχην ζωσαν κατα γενος τετραποδα και ερπετα και θηρια της γης κατα γενος και εγενετο ουτως

1:25 και εποιησεν ο θεος τα θηρια της γης κατα γενος και τα κτηνη κατα γενος και παντα τα ερπετα της γης κατα γενος αυτων και ειδεν ο θεος οτι καλα

1:26 και ειπεν ο θεος ποιησωμεν ανθρωπον κατ' εικονα ημετεραν και καθ' ομοιωσιν και αρχετωσαν των ιχθυων της θαλασσης και των πετεινων του ουρανου και των κτηνων και πασης της γης και παντων των ερπετων των ερποντων επι της γης

1:27 και εποιησεν ο θεος τον ανθρωπον κατ' εικονα θεου εποιησεν αυτον αρσεν και θηλυ εποιησεν αυτους

1:28 και ηυλογησεν αυτους ο θεος λεγων αυξανεσθε και πληθυνεσθε και πληρωσατε την γην και κατακυριευσατε αυτης και αρχετε των ιχθυων της θαλασσης και των πετεινων του ουρανου και παντων των κτηνων και πασης της γης και παντων των ερπετων των ερποντων επι της γης

1:29 και ειπεν ο θεος ιδου δεδωκα υμιν παν χορτον σποριμον σπειρον σπερμα ο εστιν επανω πασης της γης και παν ξυλον ο εχει εν εαυτω καρπον σπερματος σποριμου υμιν εσται εις βρωσιν

1:30 και πασι τοις θηριοις της γης και πασι τοις πετεινοις του ουρανου και παντι ερπετω τω ερποντι επι της γης ο εχει εν εαυτω ψυχην ζωης παντα χορτον χλωρον εις βρωσιν και εγενετο ουτως

1:31 και ειδεν ο θεος τα παντα οσα εποιησεν και ιδου καλα λιαν και εγενετο εσπερα και εγενετο πρωι ημερα εκτη

Les versets répondant exactement à la question

Si la méthode de calcul n'a pas été utilisée par le traducteur grec (ou les traducteurs grecs, puisqu'ils étaient septante, nous dit la Lettre d'Aristée), il y a une chance sur neuf de trouver un verset ayant la même valeur numérique réduite en hébreu et en grec, mais dans ce cas, nous n'avons rien prouvé du tout. En d'autres termes, si nous trouvons en moyenne un verset sur neuf, nous ne devons pas chercher une autre explication que celle du hasard.

À première vue, c'est la conclusion qu'il faudrait tirer, puisque, dans Gn. 1, nous avons seulement quatre versets sur trente et un qui aient exactement le même numéro, la même valeur réduite dans les deux textes de référence. Si l'on étend la recherche aux quatre premiers chapitres, nous en avons trois sur vingt-quatre au ch. 2, également trois sur vingt-quatre au ch. 3, et trois sur vingt-six au ch. 4, soit treize sur cent cinq versets. En fait, la moyenne de ces versets est un peu supérieure à la moyenne attendue dans le cas où seul le hasard expliquerait ces coïncidences; cette moyenne est de un sur huit (13 sur 105) au lieu de un sur neuf.

Dans le tableau qui suit (de même dans les suivants), je donne le chapitre puis le verset suivi du chiffre des textes hébreu puis grec en valeurs normales, puis en valeurs réduites.

- 1 3 : 813/5187 = 3/3

- 1 6 : 1660/13639 = 4/4

- 1 16 : 5820/19401 = 6/6

- 1 23 : 1060 / 2986 = 7/7

Il y a pas de variantes significatives dans ces versets du ch. 1. Notons simplement que la formule "et il en fut ainsi" intervient à la fin de 1 6 dans tous les témoins grecs alors qu'elle se trouve à la fin du v. 7 en hébreu.

Pourquoi chercher plus loin ?

Sur ces quatre versets du ch. 1, les deux premiers sont des versets commençant par "et Dieu dit". On sait que le récit de la création au ch. 1 comprend sept jours, mais aussi dix paroles (versets 3, 6, 9, 11, 14, 20, 24, 26, 28, 29). Or je constate que, sur ces dix versets, quatre peuvent facilement être ajoutés à la liste, si nous admettons, pour chacun d'eux, une variante rejetée par Wevers dans son apparat critique.

- 1 9 : 3068/14444 = 8/8 sans la finale propre au texte grec, qui répète le commandement de Dieu au moment de sa réalisation; l'omission de cette finale n'est pourtant attestée que par quelques témoins manuscrits assez rares.

- 1 11 : 5165 / 15983 = 8/8 en changeant βλαστησατω  par le synonyme εξαγαγετω (qu'on retrouve au verset 24), attesté dans plusieurs citations patristiques.

- 1 14 : 3744/22086 = 9/9 avec  επι("pour l'éclairage sur la terre") comme dans de très nombreux manuscrits.

- 1 24 : 3279/10331 = 3/3 sans le deuxième  και, variante assez mal attestée (un manuscrit, un commentaire, deux versions).

On peut dire que seule la variante du verset 14 a ici une chance, d'un point de vue de critique strictement textuelle, de remonter au texte de la traduction primitive. Dans les autres cas, les variantes sont trop artificielles (1 9,11) ou trop mal attestées (1 24 ). Pourtant il est trop tôt de tirer des conclusions, et le fait qu'il s'agisse précisément des versets contenant la formule "et Dieu dit", comme dans deux cas de correspondances exactes, est une raison de ne pas mettre trop vite ces résultats sur le compte du hasard.

Une autre raison de continuer la recherche au stade actuel, est la constatation que l'on arrive parfois au résultat souhaité en combinant deux versets. C'est le cas en deux endroits, bien que, dans le texte hébreu de l'édition de Stuttgart (= manuscrit B 19Ade Saint-Pétersbourg), ils ne possèdent pas d'indication de petuchôt ni de setumôt (voir aussi d'autres cas étudiés plus loin) .

- 1 1-2 : (2701 + 3546) / (3157 + 11028) = (1 + 9) / (7 + 3) = 1/1

De même, aux versets 21-22, on arrive au compte juste si l'on corrige le texte suivi par Rahlfs (à la suite du codex Alexandrinus et de quelques manuscrits), en revenant au texte majoritaire, qui est en fait le texte grammaticalement correct: ευλογησεν donc, au lieu de  ηυλογησεν.

- 1 21-22 : (5834 + 2889) / ( 15560 + 11523) = (2 + 9) / (8 + 3) = 2/2.

Douze versets sur les trente et un du chapitre 1 fournissent donc un résultat intéressant, ce qui fait déjà plus d'un verset sur trois. Pour cette raison, le hasard ne me semble pas une explication suffisante. Il vaut donc la peine de continuer la recherche.

Les quatre autres versets comportant "et Dieu dit" (20, 26, 28, 29)

Essayons d'abord de trouver un résultat positif pour les quatre dernières paroles de Dieu dans ce chapitre 1, puisque ces versets correspondent vraisemblablement à d'anciennes divisions du texte (notons toutefois qu'au verset 28 la formule hébraïque "et Dieu dit" ne constitue pas le début du verset et est d'ailleurs rendue en grec par un participe présent, c'est-à-dire d'une façon différente des autres cas).

- 1 20: 3906/17091 = 9/9 avec deux variantes: ajouts de "selon (son) espèce" (κατα γενος) et "tous les" (παντα τα), avant les "volatiles volant sur la terre". La première variante est attestée dans un manuscrit et une citation d'Eusèbe de Césarée, et cela à deux endroits différents du verset (pour les reptiles d'une part, les volatiles d'autre part); le même complément se trouve dans une citation de Sévérien de Gabala, mais à un troisième endroit dans le verset (à propos des volatiles). La deuxième variante est attestée dans le même passage d'Eusèbe (où il faut pourtant remarquer qu'il omet aussi les mots "volant sur la terre sous le firmament du ciel").

- 1 26: 4764/28011 = 3/3 avec le mot "tous", attesté avant "bestiaux" dans un manuscrit, deux citations patristiques et un autre témoin patristique de la vieille version latine.

- 1 28: 5457/31125 = 3/3 avec deux variantes et après avoir corrigé, comme plus haut, l'orthographe suivie par Rahlfs pour le mot ευλογησεν. La première est la forme  αρχετωσαν, à la suite de quelques manuscrits, au lieu de  αρχετεcette variante se rattache au v. 26, puisque αρχετωσαν est la forme du verbe "commander" à cet endroit. La seconde variante est l'omission, dans quelques manuscrits et des citations en latin (chez Ambroise et Rufin), de "tous" avant "bestiaux", donc comme dans le texte majoritaire (mais non retenu dans le calcul) du verset 26.

- 1 29 : 6158/16013 = 2/2 également avec deux variantes: l'ajout de ta ταdans le mot παν  cet ajout transforme ce neutre singulier en un masculin singulier, bien que le nom χορτον avec lequel il s'accorde soit en principe un neutre; le fait est que la plupart des témoins ont considéré ce mot comme un masculin, la forme πανadoptée par les éditeurs (et déjà le codex [codices.htm#Alexa Alexandrinus]) étant très minoritaire. L'autre variante est l'omission du edans  (ε)αυτω̢conformément à une douzaine de manuscrits.

Remarques préliminaires pour la suite de ce travail

Comme on le voit dans les deux points précédents , pour arriver au compte juste il faut parfois renoncer au texte qui semble primitif, puisque certaines variantes retenues dans ces versets paraissent secondaires du point de vue de la critique textuelle. On s'oriente donc peut-être vers l'hypothèse que le compte juste est le résultat d'une recension d'un texte grec préexistant (plutôt que le résultat du travail de la traduction primitive). Cependant, répétons qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions assurées; j'insiste sur l'observation que je viens de faire, parce que cela nous permet de tenir compte parfois de variantes qui sont très mal attestées, comme c'est le cas dans les résultats que j'ai obtenus à partir des versets examinés dans le point suivant .

Une autre remarque est importante. Il suffit évidemment d'une lettre pour que le calcul d'un verset change complètement. Or dans certains cas, Wevers ne juge pas utile de mentionner des variantes qui ne portent pas sur le sens du texte (ce qu'il appelle, p. 62 de son introduction, des "Schreibfehlern, Itazismen, Fällen von Haplographie, Dittographie, Apokope, Aphairese, Synkope, etc."). Certains cas sont mentionnés dans un appendice à son édition, p. 476-495. En ce qui concerne le chapitre 1 de la Genèse, il est nécessaire de tenir compte de l'un de ces cas purement orthographiques. Il s'agit du n (ν)euphonique, ajouté à la fin des mots dont le datif pluriel se termine par σι ou des verbes dont la troisième personne se termine par ε ou σι ;la règle veut que ce n s'ajoute quand le mot suivant commence par une voyelle, ou éventuellement pour marquer une césure dans la phrase (comme εποιησεν au verset 31), mais l'usage ne respecte nullement cette règle et il est très fréquent de trouver ce n "éphelcystique" même si le mot suivant ne commence pas par une voyelle. Au chapitre 1, le cas se présente deux fois au verset 30 (que nous allons étudier immédiatement après) et nous verrons qu'il faut en tenir compte aussi au verset 10.

Autres versets répondant à la question au prix d'une (ou deux) variantes

Les versets sont classés par ordre décroissant d'attestations (les versets dont les variantes indispensables sont mieux attestées sont examinés d'abord).

- 1 30 : Le résultat en hébreu est 4747 (= 4), mais nous avons vu que certains manuscrits hébreux ont ici une variante: un waw supplémentaire au sens de "et", qu'on retrouve d'ailleurs dans tous les témoins grecs. Rahlfs a rejeté ce καιdans une note de son édition, et de plus, dans ce même verset, a fait trois autres corrections qui ne s'imposent nullement: la forme πασιν, éditée deux fois par Wevers (sans indiquer de variantes) avant τοις, et l'article τω̢  entre les deux mots ερπετω̢ ερποντι, leçon du codex Alexandrinus et de quatre autres manuscrits, que Wevers considère avec raison comme une dittographie (en l'occurence la répétition des dernières lettres du mot ερπετω̢ ). Avec la variante hébraïque d'un côté, les quatre nuances apportées au texte de Rahlfs de l'autre, on obtient: 4741/20755 = 1/1.

- 1 31 : 3065/5054 = 5/5 sans l'article τα  conformément à une dizaine de manuscrits et plusieurs citations patristiques (au moins six).

- 1 25 : 3864/10596 = 3/3 avec le pronom αυτων conformément à de nombreux manuscrits et une citation patristique.

- 1 7 : 4541/18887 = 5/5 avec του  (trois manuscrits et une citation patristique) au lieu de ο ην.

- 1 17-18a : 3721/19651 = 4/4. Pour arriver à ce résultat, nous devons d'abord couper le verset 18 avant la formule de la fin de ce verset "et Dieu vit que cela (était) bon"; ensuite nous devons encore retirer trois unités, ce que l'on peut obtenir de deux manières différentes: en supprimant la répétition de la préposition ανα μεσονconformément à trois versions (vieille latine, arabe, bohaïrique), ou, ce qui est beaucoup mieux attesté, en ne comptant pas le sujet "Dieu" au début du verset 17 (trois manuscrits, trois citations patristiques grecques, la version syriaque héracléenne, deux citations latines ainsi que la Vulgate de saint Jérôme).

- 1 15 : 2224/10954 = 1/1 sans ουτως conformément à une citation d'Eusèbe de Césarée (la même que celle qui est utile pour le calcul du verset 20).

- 1 12-13 : (4335 + 1342) / (12107 + 3191) = (6 + 1) / (2 + 5) = 7/7 sans αυτου conformément à deux versions (vieille latine et éthiopienne).

- 1 27 : 2816/7136 = 8/8 avec αρρεν au lieu de αρσεν  comme dans un manuscrit et une citation d'Origène (variante orthographique).

- 1 8 : 2255/6701 = 5/5 sans le morceau de phrase "et il y eut un soir", conformément à deux manuscrits (n°707 et 664). Cette variante est fort mal attestée, mais on conviendra que le texte reste compréhensible sans la mention du soir (la mention du matin suffit à dire que le deuxième jour est passé et que le troisième commence; nous revenons plus loin sur cette question).

Autres portions de texte

- 1 10 : La solution pour le verset 10 doit probablement être cherchée dans le principe de grammaire que j'ai rappelé plus haut , à savoir la possibilité d'omettre un nu final dans certains mots quand il ne se trouve pas devant une voyelle. C'est le cas de la troisième personne du singulier εκαλεσενdevant θαλασσας  bien que les deux éditions que j'ai utilisées ne mentionnent pas cette variante (qui sans doute n'est pas rare dans les manuscrits). Nous obtenons ainsi: 2074/7744 = 4/4.

- 1 4-5 : Pour arriver à un résultat dans le calcul comparé de ces deux versets, il faut mettre une césure avant les deux derniers mots ("jour un"); nous obtenons alors 3848/17672 = 5/5 si nous omettons encore du calcul la deuxième occurence du mot "Dieu" dans le texte grec, conformément à un manuscrit et une citation patristique.

Mais que faire des deux derniers mots ? Ils échappent complètement au calcul et je me demande s'il n'y a pas ici une intention exégétique. Le premier jour, en effet, n'a pas le même début que les autres jours qui composent la création, au sens propre puisque le mot utilisé, en hébreu comme en grec, est "un" et non pas "premier"; mais aussi au sens figuré puisque le début de ce premier jour n'est autre que la parole qui crée la lumière, alors que la première mention d'un matin, au verset 5, correspond en fait au début du deuxième jour. Le "jour un" pourrait donc être une désignation de Dieu lui-même, ou du moins de sa première parole que, par respect pour elle ou par souci de mise en évidence, on aurait préféré ne pas inclure dans le système de correspondance entre les textes hébreu et grec. On parvient ainsi à exprimer à la fois la transcendance de la Parole de Dieu par rapport aux êtres créés, dont le premier est la lumière, et son immanence par l'intermédiaire de la Parole, racontée dans un récit et mise par écrit dans un livre. De la même manière, on peut dire que les mots "jour un", du point de vue qui nous intéresse ici, sont à la fois extérieurs et intérieurs au texte biblique.

Les anciens étaient très conscients que le mot "un" désignait Dieu lui-même, y compris dans sa valeur numérique (normale), 13 en hébreu. Un des exemples, très fréquent, d'isopséphie réduite" dans l'épigraphie grecque est le groupe des consonnes chi (χ), mu (μ), gamma (γ), dont la valeur en "guématrie réduite" est 13 et dont la forme des lettres elles-mêmes tente de reproduire la forme du mot hébreu echad (plus de détails sur cette question dans l'article cité au début de ce travail). D'autre part, le midrash que j'ai cité  met en évidence le mot berêshît, dont la valeur réduite est elle-même 13, ce qui confirme l'exégèse que j'ai suggérée ici, à savoir que le premier jour "au commencement", le "un" du verset 5, est en fait, sous un certain aspect, sans commencement.

- 1 18b-19 : Des spéculations similaires à celles que nous venons de suggérer pourraient être invoquées pour trouver ici une équivalence avec le parallèle hébreu. Notons d'abord l'équivalence dans les deux textes, et cela à chaque verset où elle apparaît — sauf au verset 8 ! —, de la formule "et il y eut un soir et il y eut un matin" (636/2319 = 6/6). Pure coïncidence peut-être; les mots restants font 5 en hébreu, 9 en grec; il faudrait donc 5 unités en plus ou 4 en moins pour arriver au résultat souhaité. On y arriverait si le petit mot καιdans la formule "et Dieu vit que cela (était) bon" était supprimé, mais cette variante, en soi assez plausible, n'est pas mentionnée dans l'édition qui me sert de référence. Reste donc à imaginer (en attendant que quelque érudit ne parvienne à trouver la variante en question dans un manuscrit) ce que pouvait être la spéculation d'un recenseur cherchant à trouver une correspondance entre le "jour un" du troisième paragraphe du récit (versets 4-5), jour de la création de la lumière, et le verset 19 où est mentionnée la fin du quatrième jour, jour de la création du soleil. Comme le "jour un" pourrait être une allusion à l'hypostase divine en laquelle Dieu se réfléchit au moment de parler, ainsi le "quatrième jour" pourrait avoir été interprété au sens où cette expression, qui a la valeur de 7 en guématrie réduite, aurait contenu "sept cieux" (et sept catégories angéliques ?), selon une doctrine traditionnelle du judaïsme hellénistique (comme dans le Testament de Lévi, II Hénoch, l'Apocalypse d’Abraham). En effet, en grec "jour un" a également la valeur 7.

Synthèse

Il est temps de reprendre nos observations sous une forme plus synthétique. Nous devons distinguer, d'un point de vue méthodologique, différents niveaux d'objectivité. Le premier, pour les versets 3, 6, 16 et 23, prend le texte grec tel qu'il se présente dans l'édition de Wevers, qui, pour ces versets, est de toutes façons identique avec celle de Rahlfs; on peut y joindre les cas de compte juste sur base de deux versets consécutifs (1-2, 21-22), puisque la division du texte en versets peut être, dans certains cas, très tardive.

Un second niveau d'objectivité prend pour base un texte légèrement différent du texte édité mais bien attesté dans les variantes données par Wevers: ainsi, pour mettre la barre assez haut (c'est-à-dire à plus de cinq ou six témoins, avec, en plus de témoins manuscrits, des citations patristiques ou des versions anciennes), aux versets 14, 17-18a, 25, 31, auxquels on peut joindre le cas du verset 10, au prix d'une variante que Wevers a pu trouver dans les manuscrits mais qu'il aurait omise parce qu'elle est purement orthographique; la variante au v. 27, de même, est purement orthographique. Le verset 30 enfin fonctionne seulement avec une variante dans le verset hébreu, qu'il ne faut donc pas figer dans la forme du texte standardisé, celui d'un manuscrit du IXesiècle.

Les versets où nous sommes obligés de tenir compte de variantes secondaires, c'est-à-dire qui ont peu de chance de remonter au texte primitif, constituent un troisième groupe. Il peut s'agir d'harmonisation avec un autre verset (versets 11 et 28), ou avec le texte hébreu (verset 9), ou simplement de variantes très isolées (d'après l'apparat de Wevers): versets 7, 8, 12-13, 15, 20 (deux variantes), 24, 26. D'autre part, le cas du verset 29, où les deux variantes n'influencent pas le sens de la phrase, nous rappelle que, pour ce groupe de versets, d'autres solutions pourraient peut-être parfois être trouvées si, au lieu de l'édition de référence, nous disposions d'une transcription informatisée de toutes les variantes orthographiques dans les manuscrits… Travail de titan, qui ne mérite sans doute pas d'être entrepris, puisque la solution peut être trouvée avec la liste des variantes dont nous disposons déjà; mais c'est un point à ne pas oublier, parce que je n'ai nullement l'intention de proposer une édition du texte grec qui, du moins pour les versets de ce troisième groupe, serait meilleure que celle de Wevers…

Restent les versets 4-5 et 18b-19 où je n'ai pas trouvé de réponse conforme à ma question initiale. Mais s'il y a vraiment eu, à un moment de l'histoire ancienne du texte de la Septante, une intention systématique de trouver une correspondance numérique avec le texte hébreu, au moins dans ce premier chapitre de la Genèse, il est très vraisemblable que des raisons plus subtiles, que celles du simple souci de transmettre un texte figé, ont motivé un tel travail. Qu'il y ait eu une intention exégétique et que cette intention corresponde à peu près aux spéculations que j'ai évoquées à propos de ces versets, est plus que probable, et fournit, tout au moins, une clef de lecture possible pour comprendre le sens de calculs aussi sophistiqués.

Qu'en est-il dans les autres chapitres ? Et y a-t-il même d'autres chapitres construits, ou reconstruits, sur ce mode de lecture ? La réponse viendra après avoir examiné d'autres chapitres; la suite, donc, au prochain numéro… Pour montrer que cela en vaut la chandelle, voici encore une liste de quelques termes isopséphiques, c.-à-d. de même nombre en hébreu et en grec, que j'ai glanés au hasard de mes calculs (merci de me communiquer les vôtres !).

Quelques autres mots ou expressions isopséphiques dans la Bible

- yhwh / κυριος : 26/800 = 8/8

- elohîm / θεος : 86/284 = 5/5

- qadosh / αγιος : 410/284 = 5/5

- halleluyâ / αινειτεκυριονdans le Ps. 146 1 (codex Sinaiticus): 86/1031 = 5/5

- dawid / δαυιδ : 14/419 = 5/5

- qohelet / εκκλησιαστου(Eccl. 1 1 ) : 535/1264 = 4/4

- anî / εγω : 61/808 = 7/7

- anokhî (toujours sans waw) / εγω ειμι : 81/873 = 9/9

- nefesh / ψυχη : 430/1708 = 7/7

- berêshît / γενεσις κοσμου(titre du codex Alexandrinus): 913/1273 = 4/4

-  kana‘an / κανααν: 190/703  =1/1

Auteur : Stéphane VERHELST

Nationalité belge résidant en Suisse

Licencié en Philosophie et en Philologie biblique (1987); Docteur en Philosophie (2000);

Actuellement (2002) chercheur indépendant sur un projet subsidié par le Fonds national suisse de la recherche scientifique; livre à paraître prochainement dans la collection "Textes et études liturgiques" de l'Université catholique de Louvain (KUL): Les traditions judéo-chrétiennes dans la liturgie de Jérusalem, spécialement dans la Liturgie de saint Jacques frère de Dieu.

À plus long terme: ne sait pas. Je cherche un poste dans le domaine de la recherche ou de l'enseignement, de préférence sur des sujets comme ceux qui sont évoqués dans le livre ou dans ces pages. À bon entendeur salut !

Adresse Internet: projet2003@yahoo.fr

©  EBIOR, 06/04/2003

bible@ebior.org