Acte pur

De Ebior

Toute chose est en acte dans le sens qu'elle est en train de se réaliser vers une fin. Mais l'être premier, qui n'est pas le produit d'une autre cause, a sa fin en lui-même, il est donc purement en acte, il est un acte pur. En Métaphysique, on distingue entre l'acte et la puissance dans cinq sens possibles; ces cinq distinctions n'existent donc pas dans l'être premier.

  • Essence/ existence : une chose a une essence, une nature, et une existence, une individualité. Mais pour l'être premier, c'est une façon de parler. Son essence est d'exister.
  • Intelligence / vérité : dans la connaissance d'une chose, il y a toujours une partie, un côté, qui connaît, c'est le sujet connaissant, et une partie, un côté, qui est connue, c'est l'objet connu; on peut dire que l'un tend vers l'autre et que, quand ils correspondent exactement, il y a "vérité", comme un mot employé judicieusement. Cette distinction est très utile en Philosophie du langage mais, en ce qui concerne l'être premier, il faut voir que lui, il est vérité en acte, il connaît tout en acte, il ne peut rien apprendre de nouveau, il connaît tout de toute éternité, au-delà du temps, donc également tous les possibles qui n'adviendront jamais (ce qui pose la question de la Providence).
  • Volonté / bien : lui, il est le bien par excellence, il ne peut pas y avoir de progrès en lui, il est une volonté en acte, tout lui est présent et cette volonté est identique à son être même.
  • Entéléchie (puissance vitale) / acte (energeia) : dans les êtres vivants, les opérations vitales sont en puissance vers une fin, l'alimentation sert à faire grandir le corps ou le maintenir en vie, les sentiments servent à conquérir un bien ou au contraire à fuir un danger, et, pour la vie spirituelle en l'homme, la volonté ou l'intelligence sont toujours en tension vers un objet à atteindre (voir les deux modalités précédentes). Mais dans l'être premier, qui est purement spirituel, les opérations vitales comme l'intelligence ou la volonté, sont infinies et identiques à son essence. En elle-même la notion de vie ne contient pas de progression. Il est donc la vie en acte.
  • Mouvement / repos : il est en pleine possession de tous ses mouvements, identiques à lui-même. L'être premier est pleinement lui-même dans la paix de son éternité, simple, sans changement.