Le Carême

De Ebior

Suite : la liturgie du Carême de l'année  A  (en 2002 , 2005 , 2008)

Suite : la liturgie du Carême de l'année  B  (en 2003 et 2006)

Suite : les lectures du Carême de l'année  C (en 2004 , 2007 et 2010)

Dimanche des Rameaux exclus, qui lui-même inaugure la Semaine Sainte nous préparant à la fête de Pâques. Rappelons que le dimanche, jour du Seigneur n'est jamais un jour de jeûne et , pour cette raison, n'intervient pas dans ce décompte

Le Carême nous est "donné" pour nous permettre de revenir à Dieu. C'est pour nous une main tendue afin de nous aider à la conversion, une occasion de nous ouvrir à Dieu et à sa Parole, d'entendre Sa Voix, et de vivre désormais selon Sa Sainte Loi d'amour. 

Ce temps de grâce, s'il est vécu en vérité, nous amène à reprendre la vraie Voie et nous fait revivre chaque année ces temps privilégiés de l'histoire du Salut, nous pénètre de leurs mystères et des bénédictions divines qu'ils recèlent 

Écoutons le Catéchisme de l'Église Catholique  

"Chaque année, l'Église s’unit au Grand Carême du Mystère de Jésus au désert (Mt 4 1-10), § 540. Elle revit ce temps de Carême qui conduit à la nuit de Pâques, relisant et revivant les grands événements de l'histoire du Salut, dans " l’aujourd’hui "  de sa Liturgie. Cela exige que cette liturgie aide les fidèles à s'ouvrir à cette intelligence spirituelle de l'histoire du Salut, que l'Eglise entend ainsi manifester et nous faire vivre, § 1095. 

Temps de liturgie certes, mais aussi temps de pénitence particulièrement appropriés pour les exercices spirituels, les liturgies pénitentielles, les prières en commun, les temps d'adoration, les pèlerinages en signe de pénitence, le jeûne et l'aumône, le partage fraternel ainsi que les œuvres caritatives et missionnaires. " § 1438 

et "le Catéchisme des Adultes" des évêques de France notamment les paragraphes :

  • § 384 - 393 sur le Carême.
  • § 337 - 458 - 559 - 632 sur le Jeûne.
  • § 384 - sur l'imposition des Cendres le Mercredi des Cendres.

Les sacrements sont distingués d’un certain nombre d’autres rites ou pratiques symboliques qui reçoivent le nom de "sacramentaux".. ainsi l'imposition des cendres au début du Carême, la bénédiction ,la distribution et la procession des Rameaux

  • § 193 - Les "scrutins" 

qui ont lieu pendant les Dimanches de Carême où l’on scrute les catéchumènes qui vont s’engager dans la Foi avant d'être à leur tour plongés dans la mort et la résurrection du Christ lors de leur Baptême, et tous les chrétiens qui renouvellent alors les promesses de leur Baptême.

Le Carême fait (re)vivre aux chrétiens 

  • les 40 années d'errance an désert du Peuple Juif quittant l'esclavage de I'Égypte pour se rendre en Terre Promise, terre de liberté,


  • les 40 jours de retraite au désert du Christ avant sa Mission, Mt 4,


  • les 40 jours de la préparation à la célébration de la Passion et de la Résurrection du Christ.

Comparons dans cet esprit les cheminements et comportements d'Israël, puis ceux des apôtres et des disciples, enfin ceux des chrétiens aujourd'hui.  

Israël aurait-il pu résister à ces 40 longues années de pérégrinations dans le désert marquées par la tentation, le doute, la faim, la soif, et les attaques des ennemis (Ex 15 à 17), s'il n'avait pas vu et vécu les interventions de Dieu en sa faveur (la sortie d'Égypte, le miracle de la Mer Rouge, l'Alliance du Sinaï (Ex 19-24) ?  

Les apôtres et les disciples de Jésus-Christ auraient-ils compris le sens de Sa Passion et de Sa Résurrection s'ils n'avaient reçu l'enseignement de Jésus, vu ses miracles, et assisté à la Transfiguration ? (Mt 17, 1 - Mc 9, 2 - Lc 9, 28-36). 

Chrétiens, pouvons-nous de même comprendre aujourd'hui le sens de la Croix de Jésus si nous ne nous référons pas à ces événements historiques ? 

Aussi l'Église nous rappelle-t-elle durant le Carême

 "Si quelqu’un veut suivre le Christ, qu'il renonce à lui-même et qu’il prenne sa croix car celui qui veut sauver sa vie la perdra . Mais qui perd sa vie à cause du'Christ la gardera (Mt 16, 24-25). 

Par sa Croix, le Christ a vaincu le péché et la mort (Rm 6.34 8.1 1). Il a racheté la multitude des hommes, juifs et païens.  

0 Croix dressée sur le monde , ô Croix de Jésus-Christ, 

Fleuve dont l'eau féconde, 'Du Cœur ouvert a jailli ; En Toi la vie surabonde,

ô Croix de Jésus Christ (Chant du Vendredi- Saint)


Le jeûne chrétien

Rappelons que le jeûne est obligatoire le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint. En sont dispensés les personnes de plus de 60 ans, les femmes enceintes, les voyageurs et les malades pour des raisons médicales. 

Le matin : petit déjeuner légers ; à midi : un plat + fromage ou dessert ; le soir : potage et fromage ou dessert.  

La faim que l’on ressent alors nous fait comprendre que nous avons d’abord faim de Dieu.

Les vendredis de Carême doivent être sanctifiés par l'abstinence (s'abstenir) de toute viande, et, mieux si possible, de toute friandise et de tout "plaisir mondain" .

 Comprendre ainsi le jeûne (qui n'est pas une "performance") conduit au partage (voir Actes 2.42-44). D'abord et surtout partage de la Parole avec les pauvres de Dieu, mais aussi partage des biens matériels avec les pauvres, donc aumône.

 Pour introduire le Carême, l'Église nous propose une méditation vécue sur le péché et la mort le rite des cendres nous rappelle notre condition de mortels et de pêcheurs. Recevoir les cendres, c'est entendre l'appel à la pénitence que nous adresse le prophète Joël (2 12-18) : "Pitié, mets en nous Seigneur un esprit nouveau


Le Mercredi des Cendres

Le Carême commence le Mercredi des Cendres. Ce jour-là, l'Église nous propose une méditation sur les causes du péché et sur la mort.  


Le rite des Cendres que le chrétien reçoit ce jour-là en esprit de pénitence, rappelle notre condition de mortels et de pêcheurs. Nous sommes poussière et nous retournerons en poussière (le même mot hébreu traduit cendre et poussière).

C'est pourquoi le prêtre nous dit en nous imposant les Cendres :  

"Convertis-toi à l'Évangile"

Recevoir les cendres c'est entendre l'appel à la pénitence du prophète Joël (2 12-18) : "Pitié, Seigneur, pour ton peuple ! et du Psaume 50 .- "Donne-nous, Seigneur, un coeur nouveau, mets-en nous un esprit nouveau ! "

(c) AFALE  - 2002