Vatican II

De Ebior

 Vatican II : notions fondamentales

Initiation : D.Morin,Les grandes intuitions du Concile Vatican II, Fêtes et Saisons : carnet n° 17,Cerf,1995

Outils indispensables : Document de Vatican II et moteur de recherche du Vatican

Quatre sessions

session 1 : 11 octobre 1962 inauguration par le pape Jean XXIII et 2400 Pères (évêques et supérieurs d'ordre)
session 2 : 29 septembre 1963 : reprise par le pape Paul VI
session 3 : automne 1964
session 4 : septembre - décembre 1965
7 décembre 1965 : levée des excommunications entre Rome et Constantinople prononcées en 1054

8 décembre 1965 : clôture solennelle

Contenu

quatre constitutions : à valeur théologique ou doctrinale permanente

  • Dei Verbum : la Révélation divine
  • Lumen gentium : l'Église, peuple de Dieu
  • Gaudium et spes : une Église présente au monde
  • La liturgie

neuf décrets : décisions à portée pratique normative ou disciplinaire

  • l'activité missionnaire de l'Église (Ad gentes)
  • vie et ministère des prêtres
  • renouveau de la vie religieuse
  • l'éducation chrétienne
  • la charge pastorale des évêques
  • la formation des prêtres
  • l'apostolat des laïcs
  • les églises orientales catholiques (Orientalium Ecclesiarum)
  • l'oecuménisme

trois déclarations : étape dans la recherche

  • Dignitatis humanae : la dignité de la personne
  • Nostra aetate : les relations avec les religions non-chrétiennes
  • Les moyens de communication

La Révélation divine (Dei Verbum)

Constitution dogmatique promulguée le 19 novembre 1965

La révélation est d'abord l'annonce d'une Bonne Nouvelle : Dieu nous sauve en Jésus-Christ.

Cette promesse de salut a d'abord été faite à Abraham, puis à Moïse et aux prophètes pour être achevée par le Fils de Dieu.

Cette révélation a été confiée à ses apôtres et à leurs successeurs, les évêques

La tradition est la transmission et l'actualisation permanente de cette révélation

Il n'y a pas de Tradition sans référence à l'Écriture et l'Écriture ne peut vivre en dehors de la Tradition vivante.

L'interprétation de l'écriture appartient au Magistère (pape et évêques)

Tous les livres de la Bible sont inspirés : ils ont Dieu pour auteur. Cela signifie que les écrivains sacrés qui ont rédigé les livres de la Bible ont conservé par écrit les signes de la présence de Dieu.

L'Ancien Testament est lui aussi inspiré et ne doit pas être négligé.

La lecture de la révélation divine doit se faire en Église.

"Ignorer les Écritures, c'est ignorer le Christ "

L'Église, peuple de Dieu (Lumen gentium)

Constitution dogmatique promulguée le 21 novembre 1964.

Synthèse sur la nature et la mission universelle de l'Église

Église = les croyants avant tout

Les laïcs, hommes et femmes, sont "tous missionnaires, tous responsables"

Les évêques, responsable dans leur église locale (diocèse), sont solidairement responsables de l'Église universelle, avec la prééminence de l'évêque de Rome : notion de communion du collège épiscopal.

Marie, figure de l'Église, est un modèle à suivre pour tous les chrétiens.

Une église présente au monde (Gaudium et Spes)

Constitution dogmatique promulguée le 7 décembre 1965.

Ouverture au monde dans une perspective optimiste

  • Une Église au service de l'homme.
  • l'Église est solidaire du genre humain
  • réponses de l'Église sur la douleur, la mort, le sens de la vie, l'au-delà
  • dignité de la personne humaine, créée par Dieu " à son image"
  • égalité fondamentale des hommes basée sur cette dignité
  • dialogue loyal et prudent avec l'athéisme.
  • rappel des exigences fondamentales de la vie en société
  • l'objectif de l'Église est religieux, spirituel non politique, économique ou social


Cinq problèmes urgents

  • renforcer les liens de la famille
  • accès de tous à la culture
  • développement économique au service de l'homme
  • la vie politique
  • respect du droit des peuples


La dignité de la personne (Dignitatis humanae)

Déclaration sur la liberté religieuse adoptée en décembre 1965.

La liberté n'est pas la possibilité de faire n'importe quoi mais un choix réfléchi pour conduire sa vie.

Droit à la liberté religieuse : aucune contrainte ne doit être exercée de l'extérieur pour forcer ou empêcher de pratiquer la religion de son choix.

Respect de la personne humaine : rejet du génocide, de l'avortement, de l'euthanasie, de la torture, de l'esclavage, des pratiques dégradantes, du racisme, des discriminations individuelles et sociales.

Option préférentielle pour les pauvres.


L'œcuménisme (Unitatis Redintegratio)

Décret promulgué le 21 novembre 1964

Triste constat de la division des chrétiens en plusieurs églises.

Volonté de surmonter cette scandaleuse division en rappelant ce que les chrétiens ont en commun : le Christ et l'Évangile.

Ne pas chercher à gommer artificiellement les différences mais apprendre à se reconnaître comme frère.


Les relations avec les religions non-chrétiennes (Nostra aetate)

grand esprit d'ouverture envers l'hindouisme, le bouddhisme et l'islam

le catholique doit commencer par reconnaître ce qui est bien dans les autres religions, sans renoncer à son identité propre

de cette manière le catholique découvrira également mieux les richesses et les spécificités de sa propre religion

liens étroits entre les religions chrétiennes et la religion juive : Jésus a vécu et est mort comme membre du peuple juif

le peuple juif reste "bien-aimé" de Dieu : refus de l'ancienne condamnation

voir les deux études le nouveau regard sur le judaïsme et Dialogue avec les religions non chrétiennes


Constitution sur la liturgie

Premier projet du concile, promulgué le 4 décembre 1963.

Une réforme préparée de longue date : cf. l'encyclique Mediator Dei du pape Pie XII en 1947 . Pour beaucoup de fidèles, cette réforme a été la plus importante de toutes, car la plus visible.

Il existe un lien étroit entre la foi et les sacrements, entre le culte et la vie.

La liturgie est le moyen privilégié de la rencontre entre Dieu et les hommes

on reçoit la liturgie de l'Église et, à travers elle, de Dieu : on ne la fabrique pas

Principes :

  • favoriser la participation des fidèles
  • distinguer entre ce qui est immuable, d'origine divine et les parties sujettes au changement
  • maintien du canon romain avec ajout de trois autres prières eucharistiques issues de traditions très anciennes
  • pour les dimanches et les fêtes, trois lectures bibliques réparties sur un cycle de trois ans
  • communion sous les deux espèces et possibilité de réception dans la main
  • concélébration : possibilité pour les prêtres de célébrer la messe ensemble
  • emploi des langues vivantes


L'activité missionnaire de l'Église (Ad gentes)

Les églises orientales catholiques (Orientalium Ecclesiarum)


Auteur : Fernand LEMOINE

© EBIOR, 26/07/03

bible@ebior.org