Symboles de Noël

De Ebior

Qu'est-ce que NOEL ?

NOEL vient du latin "natalis" naissance. A NOEL, l'Eglise et tout le Peuple de Dieu fêtent la naissance historique de JESUS CHRIST, engendré par l'Esprit-Saint, au temps de l'Empereur Auguste (- 27 + 14). JESUS est mis au monde par la Vierge Marie à Bethléem en Judée (aujourd'hui Israël) entre 7 et 2 avant l'ère qui porte son Nom.

Pourquoi pas en l'an 0?

Jésus n’est-il pas né le Jour de NOEL de l'an 0 ! Un vieux moine a fait les calculs sous Charlemagne (742-814). On sait aujourd'hui qu'il a dû se tromper de quatre à sept ans, ce qui est bien compréhensible. En fait, nous savons par les Evangélistes Matthieu et Luc, que JESUS est né sous le règne d’Hérode le Grand, celui du massacre des petits enfants, donc avant sa mort, en - 4 av. notre ère, et comme les enfants de Bethléem tués alors avaient moins de deux ans, on comprend cette nécessaire mise au point ...

[ Ceci est l'opinion habituelle et la plus répandue, bien qu'elle soit de plus en plus contestée par des travaux récents.
Voir cependant dans EBIOR une autre chronologie de la vie du Christ ]


La fête de la Lumière

NOEL est une fête très ancienne, On en trouve trace dès le IVe siècle, dès que cessent les persécutions. Mais en réalité NOEL était célébré bien avant.

NOEL trouverait son origine en fait dans la fête juive de Hannoucha (prononcer le H dur, comme le CH allemand).

Hannoucha est la fête de la Lumière chez les juifs. Elle se célèbre autour du 25 décembre, selon les lunaisons. Ce jour-là, les juifs célèbrent le fameux épisode que nous rapporte le livre (les Martyrs d'Israël, dit des Maccabées au § 4 36-99, la Purification du Temple de Jérusalem après qu'il ait été profané par le roi grec Antiochus Epiphane et, toujours le 25 décembre, la célébration, la nouvelle dédicace du Temple par le valeureux Judas Maccabée, au cours de laquelle fut rallumé le Chandelier à sept branches qui brûlait constamment devant le Saint des Saints.

Ecoutons le livre des Maccabées § 4, 36-61 

"Le 25e jour du 9e mois (l’année commençait le mois de Nissan = mars -avril), de grand matin, les prêtres offrirent le sacrifice prescrit par la Loi sur le nouvel autel des holocaustes qu’ils avaient (re)construit. L’autel fut inauguré au chant des hymnes, au son des cithares, des harpes et des cymbales. Le peuple entier se prosterna , et fit monter sa louange vers Dieu qui l’avait sauvé. Huit jours durant, les prêtres célébrèrent la dédicace de l’autel en offrant des sacrifices. Ils rallumèrent le chandelier à sept branches… C’était juste l’anniversaire du jour où les païens l’avaient profané… Judas Maccabée décida avec ses frères et la communauté d’Israël que cet anniversaire serait célébré chaque année dans la joie et l’allégresse "

Le 25e jour du 9e mois, nommé Kislev (Voir le calendrier juif) à partir de mars/avril, Comptez donc ! C'est bien le 25 décembre.

Est-il alors si étonnant que soit célébré Noël ce jour-là ? Jésus n’est-il pas la Lumière du monde '? Comme le prophétise le vieillard Siméon, "Il est Lumière pour éclairer les nations " (Lc 2,32) et Saint Jean " Il est lumière qui luit dans les ténèbres " (Jn 1, 5) Chaque année, Noël revient telle une source pure qui va désaltérer les hommes. C'est une fête joyeuse, accompagnée dès l'origine par des manifestations populaires. Elle permet au monde de s'arrêter et de souffler pour retrouver son âme, de s'émerveiller devant l'Enfant divin qui vient de naître. Noël est célébré au cours de la Messe de minuit, puisque selon la tradition Jésus est né à minuit au coeur de la nuit, mais aussi au cours de la Messe, dite de l'Aurore, et de la Messe du Jour, la Grand-messe, le matin du 25, et l'après-midi, par les vêpres qui achèvent en beauté ces célébrations.

Depuis quand Bethléem est-il lieu de pèlerinage ?

Depuis bien longtemps, et peut-être même du vivant des apôtres.

En effet, l'empereur Hadrien, après avoir pris et brûlé Jérusalem en 135, décida de rayer définitivement de la carte du monde Dieu et Israël. Aussi, décida-t-il, pour les faire disparaître à jamais, d'ensabler Jérusalem. Il a du pour cela utiliser des milliers d'esclaves. 

Sur l'emplacement du Temple du Très-Haut, il construisit plusieurs temples dédiés à Jupiter, à Junon, à Minerve et à lui-même. L'idolâtrie, pensait-il, remplacerait ainsi définitivement le culte à rendre au vrai Dieu. C'est là l'abomination de la désolation prédite par le prophète Daniel.

Sur l'emplacement du Calvaire et du tombeau du Christ, il construisit un temple dédié à Aphrodite (ou Vénus, symbole de la prostitution) et un bois sacré en l'honneur d'Adonis (symbole de la pédérastie) sur la grotte de Bethléem.

Pour que des travaux aussi importants y aient été entrepris, c'est que ces lieux, cent ans après la Résurrection du Seigneur, c'est-à-dire nue mémoire d'homme, étaient l'objet de vénération, et de nombreux pèlerinages de la part des premiers chrétiens. Autrement ils n'auraient aucun sens.

Quand remonte la tradition de la Crèche ?

Très tôt, la Nativité du Christ donna lieu à de nombreuses formes de dévotions. Ainsi naquit le pèlerinage à Bethléem, dans la grotte où Jésus est né.

St Jérôme y vécut longtemps et y traduisit la Bible du grec en latin, traduction dire de la Vulgate. Et un peu partout, on édifiera en pays chrétien des "grottes de Bethléem". 

Pour la messe de NOEL. en 1263, François d'Assise rassembla les habitants de Greccio en Ombrie dans une grotte où avaient été disposée une crèche
garnie de foin, et amenés un boeuf et un âne.

Ce fut, semble-t-il, la première crèche. Cette initiative parut si judicieuse aux chrétiens que vingt ans plus tard, dans toute la chrétienté chaque église puis chaque famille avaient bientôt "sa crèche".

Dès le deuxième Dimanche de l'Avent, commencez donc vous-mêmes à préparer votre crèche puis complétez-la peu à peu au fur et à mesure que NOEL approche.

Au retour de la messe de minuit, que le plus jeune de votre famille apporte alors avec respect L'Enfant Jésus qu'il placera dans la crèche entre Marie et Joseph. Chaque enfant aura "son mouton " , qui le représentera devant le Seigneur. Vous constaterez rapidement, pour votre plus grande joie, que les moutons ne cessent de s'approcher de Jésus pour être tout près de lui.

Le boeuf et l'âne étaient-ils là ?

L'Evangile n'en parle pas. Cependant un Evangile apocryphe (non reconnu par l'Eglise) se référant à la prophétie d'Isaïe qui dit : "Le bœuf a connu son maître et l'âne la crèche de son maître " les place dans la crèche. Certains y voient un très beau symbole. C'est la création tout entière qui entend ainsi vénérer la naissance du Fils de Dieu, les hommes certes, mais aussi les animaux. J'aime admirer le boeuf et l'âne, dans la magnifique fresque de Giotto à Assise. Ils sont heureux et fiers d'avoir été jugés dignes de réchauffer au coeur de la nuit si froide de Noël, l'Enfant-Dieu qui vient de naître.