Quelques réflexions sur le caractère historique des Évangiles

De Ebior

Cet article sera régulièrement augmenté dans les prochains mois et peut faire l'objet d'un débat. Faites connaître vos remarques et suggestions pour une publication éventuelle en écrivant à bible@ebior.org


« Les Évangiles ne sont pas des documents d’histoire. Ils n’ont pas été composés pour faire connaître Jésus qui a vécu en Galilée et qui est mort à Jérusalem. Ce sont des documents religieux qui présentent ce que Jésus était pour la foi des milieux dans lesquels ils ont été composés »

« Là où RENAN parlait d’une page, certains critiques ne parlent plus que d’une ligne d’histoire. »

Ces affirmations de Maurice GOGUEL (1870-1955), professeur à la Faculté protestante de Paris, sont si souvent reprises sous une forme ou une autre dans les manuels d’étude du Nouveau Testament que le lecteur en arrive à oublier qu’l s’agit essentiellement d’un postulat, c’est-à-dire une affirmation posée à priori, avec des arguments insuffisants ou même inexistants mais selon des présupposés philosophiques bien précis.

Les présupposés philosophiques : le rationalisme et l’idéalisme

En effet, il s’avère regrettable que les premières tentatives de reconstitution de la vie de Jésus soient tributaires de diverses idéologies ou présupposés :

Les conceptions rationalistes qui nient à priori toute explication surnaturelle ou même tout événement incompréhensible sortant du cadre étroit des conceptions de l’auteur ou de son époque ( REINHARD en 1781, BAHRDT en 1786 avec sa célèbre mais stupide explication de la multiplication des pains selon laquelle Jésus aurait simplement procédé à un partage de provision, PAULUS en 1828 et SCHLEIERMACHER en 1832.

Dans le même ordre d’idées, il est frappant de constater que le même Marcellin BERTHELOT, secrétaire de l’Académie des sciences de Paris qui refusa, en 1902 , les travaux d’Yves DELAGE sur le Linceul de Turin refusa également les travaux d’AVOGADRO et de GAY-LUSSAC sur l’atome, découvert alors depuis peu. La fidélité au réel, même et surtout déconcertant, est la seule méthode scientifique possible. Sinon toutes les affirmations de la physique moderne, relativité générale et mécanique quantique, seront considérées par des exégètes même contemporains, comme des fables irrationnelles inventées par des esprits fumeux et exaltés.

Les conceptions idéalistes, inspirées de la philosophie de l’histoire de HEGEL, selon lesquelles les évangiles ont été écrits pour exprimer des idées au moyen de mythes, qui sont l’expression symbolique d’une croyance. Dans ce cas, la personne même de Jésus n’a jamais existé. (STRAUSS en 1865 publia le Christ de la foi et le Jésus de l’histoire, distinction demeurée célèbre et qui reste un véritable dogme, encore aujourd’hui pour beaucoup de chercheurs et l’école de Tübingen qui se base plus sur l’analyse des textes. L’idéalisme affirme qu’ on ne connait que sa propre connaissance et que seul le sujet connaissant est digne d’intérêt, la réalité étant plus ou moins évacuée. Il réduit donc le réel à l’intelligible.

La réunion des présupposés rationalistes et idéalistes donne la priorité à la créativité du sujet connaissant (les communautés chrétiennes primitives) sur l’objet à connaître (la dimension historique de JÉSUS de Nazareth) qui devient secondaire ou banal, voire inexistant. C’est ainsi que le même STRAUSS, élabora, à partir de 1835, le célèbre schéma du theologoumenon : « tout phénomène miraculeux ou extraordinaire ne pouvant exister, doit être expliqué comme un produit mental ou littéraire, c’est-à-dire un mythe. »

La principale objection à cette théorie provient de son côté anachronique. L’idéalisme tel que nous le connaissons n’apparait qu’au XVIII ème siècle avec les philosophies de BERKELEY (1685 – 1753, « être, c’est être perçu ou percevoir ») ,de KANT (1724 – 1804) pour qui la raison ne peut connaitre que les phénomènes et surtout HEGEL (1770 – 1831) pour qui la seule réalité est l’Esprit absolu : l’esprit est tout et tout est esprit.

Ces conceptions sont totalement inconnues des philosophes antiques et en particulier de PLATON pour qui existe certes une distinction entre le monde visible et le monde intelligible des Idées. Mais ces dernières possèdent une existence indépendante de nos pensées : PLATON est donc un réaliste de l’intelligible. La même constatation s’applique d’autant plus aux rabbins du Talmud et aux Pères de l’Église, tous imprégnés par la lecture des textes bibliques dont ils distinguaient le sens littéral ou historique qui concerne le passé des divers sens spirituels :

Le sens allégorique ou typologique qui fait la relation entre le passé et le présent en interprétant l’Ancien Testament en fonction des événements du Nouveau Testament

Le sens tropologique ou moral qui concerne uniquement le présent en recherchant les étapes que l’homme doit parcourir pour parvenir à Dieu

Le sens anagogique qui concerne le futur en recherchant les réalités de la fin des temps.

Et ces conceptions concernent à fortiori les pêcheurs et apôtres galiléens, des personnes plein de bon sens, parfois très terre-à-terre, à la philosophie réaliste et populaire. Dans de nombreux passages du seul évangile de saint MATTHIEU pris comme exemple, ils n’apparaissent certainement pas comme des croyants rêveurs et perdus dans leur imagination .

Quelques exemples suffisent à le prouver :

  • 8,27 : leurs réactions devant la tempête
  • 14, 15-17 : leur désir de renvoyer la foule lors de la première multiplication des pains
  • 14,14-31 : leurs réactions effrayées devant la marche de Jésus sur les eaux
  • 15,33 : leur embarras lors de la seconde multiplication des pains
  • 16,22 : le rejet de Pierre de l’annonce de la Passion et de la Résurrection de son maître
  • 17,6 : leur incompréhension devant la Transfiguration
  • 20,40-45 : leur faiblesse humaine à Gethsémani
  • 26,70-74 le reniement de Pierre

Le cas des cercles gnostiques n’est pas aussi différent qu’il n’y paraît, eux qui étaient obnubilés par la réalité du mal omniprésent dans le monde matériel. Les mythes qu’ils ont créés dans leurs œuvres sont directement tirés de cette expérience sensible et existentielle qu’ils veulent dépasser. Mais à la différence du Nouveau Testament, leurs écrits sont délibérément situés en-dehors de l’espace et du temps, en-dehors de l’histoire et de la géographie . Par leur caractère ésotérique ils sont destinés uniquement à une élite et mettent l’accent sur la connaissance de quelques initiés. La lecture de quelques pages de la Pistis Sophia ou des textes découverts à Nag Hammadi suffit à se convaincre qu’ils n’ont peu de chose en commun avec les textes canoniques, à part la réutilisation de certains personnages comme Judas, Marie-Madeleine ou encore les apôtres Jacques, Jean ou Thomas.

Citons l’encyclopédie Wikipedia à l’article Évangile selon Thomas :

« Le texte commence par « Voici les paroles secrètes que Jésus le Vivant a dites et que Didyme Jude Thomas a écrites. Et il a dit : « Celui qui trouvera l’interprétation de ces paroles ne goûtera pas la mort. » Jésus a dit : « Que celui qui cherche ne cesse pas de chercher, jusqu’à ce qu’il trouve. Et quand il aura trouvé, il sera troublé ; quand il sera troublé, il sera émerveillé, et il règnera sur le Tout. »» D’emblée apparaît le caractère gnostique : connaissance prétendument secrète (ce qui contribue à son attrait aujourd‘hui), accessible seulement par une démarche initiatique. Au contraire, les Évangiles canoniques montrent Jésus ouvert à tous et prêchant la simplicité. La différence est flagrante si l'on compare le passage ci-dessus avec les textes néotestamentaires : « Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort » (Jn 8, 51) ; « Et moi, je vous dis : Demandez et on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit et qui cherche trouve, et à qui frappe on ouvrira. » (Mt 7,8 ; voir aussi Lc 11,9-10). « 

Les présupposés méthodologiques de la méthode historico-critique

Deux autres présupposés de la méthode historico-critique doivent également être signalés :

  • Un texte est systématiquement expliqué par un autre texte antérieur et similaire, sa source, au détriment de l’explication par l’ événement raconté. Ce qui correspond à l’explication où, si trois élèves remettent un examen correct, c’est parce que les deux plus faibles ont copié sur le meilleur de la classe, sans tenir compte du cours du professeur ! Or, en toute logique, il faudrait que les réponses soient fausses pour tenir ce raisonnement.

Cependant cette source n’est déterminée que par l’analyse du Nouveau Testament lui-même (critique interne) puisqu’aucun document ou témoignage contemporain ou même postérieur (critique externe) ne nous est parvenu. Il faut donc insister sur le caractère hypothétique de cette méthode qui n’a pas la valeur qu’on lui attribue généralement, selon le principe « un texte possédé vaut plus qu’un texte supposé ». Au contraire, cette méthode s’applique de manière plus pertinente aux textes des écrivains français du XVII ème siècle, pour lesquelles nous possédons à la fois les sources gréco-romaines et le témoignage de leur utilisation postérieures. Citons THÉOPHRASTE pour La BRUYÈRE, EURIPIDE et SÉNÈQUE pour RACINE, PLAUTE pour MOLIÈRE, ÉSOPE et PHÈDRE pour La FONTAINE, HORACE et JUVÉNAL pour BOILEAU. Et nous sommes surs que les auteurs français ont bien connu leurs sources antiques.

  • Un texte hétérogène est systématiquement considéré comme la superposition chronologique de couches homogènes plus anciennes, la toute première présentant le plus de valeur car située le plus proche de la source primitive . Cette théorie de l’Ur-Text, manifestement inspirée de la méthode stratigraphique utilisée lors des fouilles archéologiques des tells du moyen orient, est une conception typique du XIX ème siècle qui considère qu’un texte n’est qu’un produit mécanique de l’histoire et qui méconnait l’importance de l’activité humaine. Au contraire, les villes habitées par l’homme sont bâties selon un principe de juxtaposition . Car nous habitons au niveau de la surface du sol parmi des bâtiments d’époque différente, séparés parfois par plusieurs siècles mais reliés par des réseaux routiers, électriques et de télécommunications contemporains. Nous empruntons parfois des galeries souterraines mais nous n‘utilisons pas les couches plus profondes qui forment un bloc inutilisable ou inconnu. Cette conception est également à l’opposé de celle de la linguistique moderne pour qui la langue se constitue diachroniquement (dans le temps) mais fonctionne synchroniquement (uniquement à l’époque de son énonciation) et de l’analyse sémiotique qui s’intéresse uniquement au texte et à sa structure interne, au détriment de l’auteur, des sources et de l’événement raconté. C’est le principe « rien que le texte dans sa totalité qui vaut plus qu’une collection de petites unités séparées ».

C’est ainsi que les satires de BOILEAU sont toujours lues et étudiées dans leur totalité par les spécialistes de la littérature française qui les considèrent comme tout entières de lui, même dans les éléments qui proviennent de ses sources antiques, conformément au principe de l’imitation créatrice cher au XVII ème siècle. Pourquoi en va-t-il différemment dans l’étude des textes bibliques, selon le principe « on lit un texte et non ses sources, connues ou supposées « alors que – rappelons-le – nous n’en possédons même pas les sources dans le cas des évangiles ?

Document religieux et/ ou document historique

Car ce n’est pas parce que les Évangiles sont des documents religieux - une évidence que personne ne conteste – que les communautés postérieures ont complètement transformé le témoignage des actes et des paroles de Jésus qu’elles avaient recueillis. De nombreux faits s’y opposent, qui seront développés par la suite, en particulier :

  • la présentation souvent peu flatteuse des apôtres qui l’entouraient, au risque de les ridiculiser ou du moins de les rendre peu crédibles
  • le rôle fortement revalorisé au contraire des femmes qui le servaient, ce qui est contraire aux conceptions de l ‘époque
  • la distinction faite par Paul entre les paroles du Seigneur et les siennes propres en 1Co 7,10 et 12
  • l’insistance sur la véracité des témoignages des apôtres (Jn 19,35 ; 1Jn 1,1-3 ; 2P 1,16-18 ; Ac 2,23 ; Ac 10,39-41) qui deviendraient alors dans le cas contraire – n’ayons pas peur des mots - des faussaires. Car les Pères de l’Église, IRÉNÉE et JÉRÔME en tête, n’ont jamais hésiter à dénoncer les manipulations faites aux textes bibliques par les groupes gnostiques, ce qui prouve que les conceptions anciennes dans ce domaine étaient proches des nôtres.
  • la constatation, toujours incompréhensible pour les savants modernes mais inimaginable et blasphématoire dans l’antiquité, de la divinisation d’un homme en milieu juif.

Et si les récits et discours évangéliques sont légendaires, comment expliquer que le cadre historique, géographique, religieux et socio-économique dans lequel ils se situent, correspond avec beaucoup de vraisemblance à l’ensemble de nos connaissances actuelles, toujours plus précises, sur la première partie du premier siècle de l’ère chrétienne ? Comment expliquer, si les évangiles ont été composés à la fin du premier siècle, que des hommes uniquement préoccupés par leur foi, soient parvenus à reconstituer d’une manière plausible une époque totalement révolue depuis l’échec de la révolte juive et la destruction en 70 de Jérusalem ainsi que de son Temple?

C’est ainsi que

  • tous les hommes de pouvoir, juifs et romains – une quinzaine – cités dans le Nouveau Testament, sont parfaitement attestés par des sources extérieures. En particulier HÉRODE ARCHÉLAOS, déposé en + 6, uniquement cité par MATTHIEU dans son évangile de l’enfance qu’on prétend non historique et écrit vers 80 ou 90 et LYSANIAS, obscur tétrarque d’Abilène, mentionné uniquement par LUC et dans des inscriptions récemment découvertes.
  • que tous les lieux géographiques,- une soixantaine y compris Nazareth dont l’existence a parfois été mise en doute -, sont eux aussi parfaitement attestés, à l’exception des deux hameaux qu’étaient Cana et Emmaüs.
  • Que différentes pièces de monnaies, tant romaines que grecques ou juives sont mentionnées conformément à l’usage numismatique existant jusqu’ au règne de NÉRON
  • Que le Temple et ses usages (la mainmise des sadducéens, les grands prêtres au pluriel, l’offrande de l’encens par le prêtre ZACHARIE en Lc 1,9) sont clairement mentionnés alors qu’ils avaient totalement disparus dans la tourmente de 70 lors de l’échec de l’insurrection juive .

Et pourquoi se serait-on donné cette peine, sans aucun intérêt , puisqu’on ne voulait pas « faire connaître Jésus » ?

Ces différents points sont rarement étudiés dans leur ensemble et souvent oubliés par des spécialistes plus préoccupés par des contradictions de détail ou même inexistantes.

Les déclarations de l ‘Église catholique

Au contraire, la constitution de Vatican II, Dei Verbum, 19 affirme que « De façon ferme et absolument constante, l’Église a affirmé et affirme que les quatre Évangiles, dont elle atteste sans hésiter l’historicité, transmettent fidèlement ce que Jésus le Fils de Dieu, pendant qu’il vivait parmi les hommes, a réellement fait et enseigné en vue de leur salut éternel, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel. »

Et le pape Jean-Paul II, dans Tertio millenio adveniente, n°5, le confirme en 19196 : « Les écrits du Nouveau Testament, tout en étant des documents de croyant, n’en sont pas moins dignes de foi dans tout ce qu’ils rapportent , même comme témoignage historiques. »

Le genre littéraire des biographies antiques

Cette affirmation, méconnue et opposée à la précédente, se base principalement sur les travaux récents et pratiquement inconnus du public francophone réalisés par des spécialistes de la critique littéraire, généralement anglo-saxons.

Citons Graham N. STANTON sur saint LUC, Philip SCHULER en 1982 sur saint MATTHIEU, Hubert CANCIK en 1984 sur saint MARC et les synthèses sur l’ensemble des Évangiles par Klaus BERGER en 1984 et par Richard A.BURRIDGE en 1992.

Ce dernier, par comparaison avec la production biographique du monde gréco-romain (en grec, l’Evagoras d’ISOCRATE, l’Agésilas de XÉNOPHON, le Moïse de PHILON, le Caton le Jeune de PLUTARQUE, la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate ; en latin, l’Atticus de Cornelius NEPOS, l’Agricola de TACITE et la Vie des Césars de SUETONE) en arrive à la conclusion que les évangiles sont de véritables vies de Jésus appartenant au genre littéraire de la biographie antique, les bioi en grec.

En voici les trois principales caractéristiques :

  • Toute l’attention est concentrée sur le personnage dont on rapporte la biographie. Il en est le protagoniste exclusif et tous les autres personnages ne font qu’évoluer autour de lui. C’est bien le cas de Jésus dans les évangiles : il est le sujet d’environ un quart des verbes et un autre cinquième des verbes renvoie à ses paroles, soit 45% du texte entier.

Par contre, ce n’est pas le cas dans les Actes des Apôtres où la narration se disperse parmi plusieurs protagonistes, en particulier les apôtres PIERRE et PAUL.

  • Toute l’attention est concentrée sur la période décisive de la vie du protagoniste et sur sa mort. Son enfance et sa jeunesse, soit une trentaine d’années en général, sont soit brièvement racontées soit complètement omises. Les évangélistes relatent les dernières années de la vie de Jésus et insistent plus particulièrement sur sa Passion et sur sa mort : 15% du récit chez saint MATTHIEU et chez saint LUC, 19 % chez saint MARC. Même constatation dans les biographies gréco-romaines : 10 % chez TACITE, 15 % chez NEPOS, 17 % chez PLUTARQUE et 23 % chez PHILOSTRATE.

Ajoutons également que l’enfance et la jeunesse de Jules CESAR ne nous sont pas mieux connues que celles du Christ, ce qui est moins étonnant qu’il n’y parait au premier abord.

  • Les évangélistes et les écrivains anciens n’offrent aucune présentation physique et psychologique de leur personnage principal. Aux caractérisations modernes abstraites, ils préfèrent un portrait concret et bien interprété. Au lieu de parler de la charité et de l’esprit d’accueil de jésus, les évangélistes préfèrent montrer, par ses actes et par ses paroles, sa disponibilité et sa compréhension envers ceux qui en avaient besoin.

Précisons que ces caractéristiques sont partagées également par l’évangile de JEAN, soit 55 % du texte consacré à Jésus et 33% consacré à ses derniers moments. Ce qui signifie qu’il s’intéresse autant sinon plus à l’activité de Jésus et aux développements historiques. Cette affirmation, contraire à l’opinion des exégètes de la première moitié du XX éme siècle qui affirmaient que l’évangile johannique n’avait aucun fondement historique, est confirmée par les recherches archéologiques récentes à Jérusalem ainsi que par l’intérêt que lui porte des auteurs juifs actuels.

Évidemment les biographies antiques ne sont pas écrites comme des biographies modernes, leurs auteurs traitant d’hommes illustres pour servir d’exemples et de modèles, pour faire l’éloge de leurs qualités et pour mettre en évidence des vertus utiles pour la société. Mais peut-on leur reprocher ce but moral ?

Une appréciation du genre littéraire doit se baser sur les conventions de l’époque étudiée, non sur une projection anachronique de conceptions actuelles.

La biographie savante artificiellement opposée à la biographie romancée

On a trop tendance aujourd’hui à opposer deux catégories de bibliographies, la bibliographie savante, qui se prétend exhaustive et exacte en se limitant aux faits établis et la biographie romancée, plus littéraire, qui complète les faits, au détriment de la rigueur et de l’exactitude.

Mais il faut bien comprendre les conséquences de ces affirmations . C’est ainsi qu’ Albert SCHWEITZER en affirmant dans son Histoire des recherches sur la vie de Jésus qu’il n’était pas possible d’écrire une véritable biographie « scientifique » du Christ, méconnaissait les principales caractéristiques de l’époque antique.

En effet, comme souligné ci-dessus, aucune source biographique gréco-romaine ne correspond aux critères de la biographie savante moderne. De plus, la plus grande partie des textes littéraires et historiques de cette époque a disparu, sans doute les deux tiers selon une estimation prudente.

Voici quelques exemples, tirés des historiens de langue latine :

  1. Les Histoires de SALLUSTE sont pratiquement perdues dans leur totalité, sauf quatre discours et deux lettres
  2. De la gigantesque œuvre de TITE-LIVE, Ab Urbe Condita, en 142 livres soit l’équivalent de 10000 pages de nos éditions modernes, nous n’avons conservé que 34 livres entiers plus quelques fragments et résumés du reste.
  3. Des 16 ( ou 18 ?) livres des Annales de TACITE, écrites vers 112, nous n’avons conservé que huit livres entiers (1-4 ; 12-15) et quatre en partie (5 ; 6 ; 11 ; 16)
  4. La Vie des Douze Césars de SUÉTONE ( vers 119-122) nous est conservée , par contre son De Viris Illustribus est perdu
  5. Pour l’époque qui nous intéresse plus particulièrement, sont totalement perdues les œuvres historiques de Aufidius BASSUS (de la mort de César au règne de Claude), de Servilius NONIANUS mort en 59 et de Clavius RUFUS qui accompagna l’empereur Néron lors de ses voyages

Dans ces conditions, l’argument du silence des sources contemporaines n’est pas recevable. Réjouissons-nous plutôt d’avoir conservé deux allusions au Christ, une chez TACITE et l’autre chez SUÉTONE.

Et la documentation épigraphique, archéologique, papyrologique et numismatique ne comble pas complètement les lacunes de la perte de la littérature, quand elle n’introduit pas de nouveaux problèmes.

En conséquence, il est impossible également pour un historien moderne d’écrire une biographie « exacte » de n’importe quel personnage de l’antiquité classique, et pas seulement de Jésus de Nazareth.

Aucun roman ne pourrait être écrit, aucun film ne pourrait être réalisé sur cette période si leurs auteurs s’en tenaient aux seules données historiques fiables. Nous ne possédons bien souvent que des fragments de vie, parfois relatés de manière contradictoire et séparés par de trous de plusieurs années, voire de plusieurs dizaines d’années. Un bon exemple de roman historique sous forme de biographie fictive mais admissible dans son contenu nous est fourni par la célèbre œuvre de Marguerite YOURCENAR, Les Mémoires d’Hadrien, parue en 1951. Elle comporte 150 pages alors que l’ensemble des sources conservées (DION CASSIUS - Histoire romaine, 69 et Vie d’Hadrien , dans L’HISTOIRE AUGUSTE) ne dépasse pas la vingtaine de pages. A comparer avec la taille des quatre évangiles ! Et l’empereur HADRIEN est un des personnages les plus importants de l’histoire romaine !

La seule exception serait peut-être l’orateur CICERON dont nous connaissons bien la vie grâce à sa Correspondance mais celle-ci pourrait être taxée de partialité et d’autojustification.. Contrairement à ce que pensait Albert SCHWEITZER et à ce qui est encore souvent affirmé aujourd’hui, le volume et la fiabilité des informations historiques extraites des évangiles au sujet de la vie de Jésus, dépasse de loin nos connaissances au sujet de n’importe quel général ou écrivain de l’antiquité gréco-romaine. Seuls, des personnages célèbres comme des empereurs pourraient lui être comparés, et encore rarement dans les détails chronologiques. C’est ainsi que Basil PIXNER, osb., propose un essai de chronologie du ministère public de Jésus qu’il situe entre janvier 28 et avril 30. Elle consiste en 45 étapes, datées selon le mois ou la saison, et basées sur la confrontation entre les indications évangéliques et nos connaissances sur la végétation, les vents, le climat et la pêche en Galilée principalement. Même si certaines affirmations ou précisions, en particulier l’année en cours, peuvent être critiquées, l’ensemble des séquences temporelles présentées forme un tout vraisemblable et continu, rarement observé chez un autre personnage de la même époque.

A trop pousser le raisonnement critique, on ne peut finalement que se condamner au silence car les critères de précision et d’exactitude historique doivent être les mêmes dans toutes les études, quel que soit le sujet ou les personnes abordées. Sinon on tombe dans l’hypercritique dont un des exemples les plus étonnants est la thèse défendue en 1696 par Jean HARDOUIN qui affirmait que la plupart des œuvres de la Grèce et de la Rome antique étaient des faux, fabriqués par des moines du XIIIème siècle puisqu’il n’existait pas, à son époque avant les découvertes papyrologiques, de témoignages remontant au-delà du moyen âge. A comparer avec l’affirmation, bien exagérée, sur le silence des auteurs autres que les rédacteurs chrétiens des évangiles. En effet, sur ce site, sont recensés le témoignage, direct ou indirect, de neuf écrivains non chrétiens : FLAVIUS JOSEPHE, TACITE, PLINE le Jeune, SUETONE, LUCIEN, CELSE, HIEROCLES, JULIEN et PORPHYRE.

Le traitement différent des divers fondateurs religieux

Remarquons également que l’existence d’autres fondateurs de religion, dont la vie n’est connue que par des écrits postérieurs d’un ou de plusieurs siècles et qui ont la même origine religieuse qu’eux, n’est pas remise en cause et même est généralement acceptée dans les grandes lignes.

  • Citons MAHOMET (vers 570 – 632), connu par les milliers de hadith – terme arabe qui désigne les paroles et les actes du Prophète- , rassemblés dans des recueils dont les plus importants sont le sahîh d’Al-BUKHARI (810-870), constitué de plus de 200 hadiths sans répétitions, classés en authentiques, acceptables ou rejetés et le sahîh de MUSLIM (819-875), soit environ 150 ans après sa mort
  • Siddhârta GAUTAMA ou le BOUDDHA (624 – 544 avant Jésus-Christ selon la date traditionnelle) connu par le Sutta Pitaka, corbeille des dits, qui contient les paroles du BOUDDHA , récitées par ANANDA, son assistant personnel pendant vingt-cinq ans et transmis oralement avant d’être transcrits en pali vers le 2ème ou le 1er siècle avant l’ère chrétienne, soit cinq cent ans après sa mort.
  • PYTHAGORE (vers 569 ou 606 ou 590 ou 580 – vers 497 ou 494 avant Jésus-Christ), fondateur de l’école qui porte son nom, à la fois philosophe, mathématicien, musicologue et astronome, connu par des allusions chez des auteurs grecs anciens (EMPEDOCLE vers -440, PLATON dans la République vers -370 et ARISTOTE) et surtout par les Vies de Pythagore écrites par les néo-platoniciens PORPHYRE (vers 270 après Jésus-Christ) et de JAMBLIQUE (vers 310 après Jésus-Christ) soit huit cent ans après sa mort.

Rappelons que les plus anciens écrits concernant le Christ ne lui sont postérieurs que de 20 à 25 ans (PAUL de Tarse) et que les différentes source connues ne sont pas toutes chrétiennes mais également juives, grecques, romaines et musulmanes c’est-à-dire quelles ne peuvent pas être considérées comme à priori favorables.

Un contre-exemple moderne : la vie de NAPOLÉON et la bataille de Waterloo

De plus l’opposition entre une biographie antique non fiable et une biographie moderne fiable se révèle plus une illusion héritée des conceptions positivistes des historiens du XIXème siècle qu’une réalité effective. Prenons par exemple le cas de l’empereur NAPOLÉON.

La documentation disponible à son sujet se révèle gigantesque car son action s’est étendue à toute l’Europe qui s’est divisée alors en deux ; d’un côté, la France et ses alliés, de l’autre, tous ses ennemis . Le bombardement par la Grande-Bretagne de la capitale du Danemark, Copenhague, en septembre 1807, démontre l’impossibilité de la neutralité. Or, quel historien peut se vanter de maitriser à fond toutes les sources écrites originales écrites dans une multitude de langues différentes ? C’est l’inverse de la situation antique : le trop d’information se substitue ici au trop peu.

En outre NAPOLÉON est un personnage célèbre qui a été admiré jusqu’à l’adoration par certains, détesté jusqu’à la haine par d’autres. Difficile dans ces conditions de parler d’objectivité des sources, systématiquement négatives en Espagne, plutôt positives en Italie.

Et le débat s’est prolongé jusqu’à nos jours : était-il un meneur d’homme extraordinaire et/ou un tyran sanguinaire ? Dans ces conditions, il ne faut donc pas s’étonner de la publication récente de deux biographies très différentes,

  1. en 1997, les quatre volumes de Max GALLO , Le Chant du départ [1769-1799], Le Soleil d’Austerlitz [1799-1805], L’Empereur des rois [1806-1812] et L’Immortel de Sainte-Hélène [1812-1821]
  2. en 1998 , le Napoléon, une imposture, de Roger CARATINI .

Rien que les titres indiquent l’orientation et les présupposés des deux auteurs français. Il s’agit pourtant de deux biographies contemporaines, portant sur un unique personnage bien connu et très étudié. Doit-on considérer ces différences comme irrémédiables et définitives, portant sur un sujet inaccessible ?

Ajoutons qu’une étude de détail, sur la bataille de WATERLOO par exemple (18 juin 1815), laisse apparaître de nombreux points obscurs, controversés ou inconnus.

Les descriptions littéraires laissées par STENDHAL dans La Chartreuse de Parme publiée en 1839 et par Victor HUGO dans Les Misérables, paru en 1862 , ne se recouvrent pas , le premier auteur décrivant la bataille uniquement à travers le regard de son héros, FABRICE, le second à travers l’amplification épique dont il est coutumière. Faudrait-il préférer le premier à cause de sa plus grande proximité des événements, le second à cause de son effort de documentation ou les renvoyer dos à dos en affirmant que leurs œuvres n’ont aucun caractère historique ?

Pour les autres sources, je renvoie ici aux excellents articles parus dans Wikipedia, sur la bataille en général et sur la bataille de HOUGOUMONT en particulier. Citons seulement un extrait assez saisissant concernant cette dernière :

« Il n’empêche : tout ceci représente une cuisante leçon pour les historiens. Le premier coup de canon de la bataille de Waterloo est sans doute l’événement de la journée qui a eu le plus de témoins directs. Il y avait là, en mesure de l’entendre et, sans doute, avec une certaine émotion, plus de 150 000 témoins. Et personne n’est en mesure de nous dire avec exactitude ou même avec certitude ni à quelle heure, ni par qui, ni sur quoi il a été tiré !… ». De plus le débat fait toujours rage parmi les historiens pour déterminer le ou les responsables de ce désastre : le maréchal GROUCHY, le maréchal NEY ou l’empereur lui-même, l’interprétation des ordres variant selon les personne?

Pourtant, l’historicité de l’ensemble de la bataille ne peut être remise en cause, bien évidemment, malgré le caractère contradictoire et fragmentaire des nombreuses sources.

Les trois conceptions de l’historicité du Christ

En résumé, pour reprendre la classification de Jean GUITTON et de Vittorio MESSORI, il n’existe que trois voies pour résoudre le problème de la vie de JÉSUS, deux négatives et une, positive.

  • La solution critique, qui reconnait l’existence d’un homme appelé JÉSUS, divinisé après sa mort par des disciples qui lui attribuèrent sa résurrection. Ce Jésus n’est donc qu’un homme ordinaire progressivement divinisé par une communauté de croyants, totalement différent du Christ des chrétiens, sans aucune implication surnaturelle.

Cette solution, en abaissant JÉSUS, ne fait qu’accroître le mystère du Christ car le passage du JÉSUS de l’histoire au Christ de la foi n’est culturellement pas possible dans le monde juif antique. Il serait le seul Messie juif divinisé par d’autres juifs, à la différence de JUDAS le Galiléen, révolté contre Rome vers 6 après JC, de THEUDDAS vers 44-46, de, Bar KOKHBA, mort plus d’un siècle après le Christ lors de la seconde juive en 135 ou plus récemment de Sabattaï TSEVI, né à Smyrne en Turquie en 1626 et mort à Dulcigno dans le Monténégro en 1676. Cette conception, encore défendue par la majorité des exégètes, est mise en cause par les archéologues, par les philologues et par les historiens car elle repose plus sur des présupposés philosophiques et sur la méconnaissance des autres disciplines que sur les faits attestés. De plus, tous les documents chrétiens sont souvent à priori refusés et les non-chrétiens suspectés. Ils sont ensuite triés pour essayer de retrouver les données authentiques, ce qui constitue en soi une démarche contradictoire. Dans la solution critique, le rapport entre les évangiles et l’histoire varie de verset en verset, selon une grille d’interprétation personnelle et invérifiable. Bref cette démarche frôle la schizophrénie !

  • La solution mythique, qui nie toute existence d’un homme appelé JÉSUS et ne s’intéresse qu’au mythe qu’il représente, au sens de l’expression symbolique d’une croyance. JÉSUS n’est donc qu’une divinité parmi d’autres, préexistant au christianisme et progressivement humanisée, pour souffrir et mourir en vue du salut des hommes. Dans cet cas, il n’y a plus aucun lien entre les évangiles, datés du 2ème siècle, et l’histoire.

Cette solution, encore très présente sur Internet, n’est pourtant pas acceptée par la très grande majorité des exégètes et des historiens. Car elle se heurte, elle aussi, à de nombreuses objections.

Le silence des sources anciennes a été fortement exagéré par rapport à nos connaissances sur d’autres personnages. En outre, de l’antiquité jusqu’à la fin du XVIII ème siècle, personne, même parmi les auteurs païens, juifs ou musulmans les plus hostiles au christianisme, n’a mis en doute l’existence du Christ . Ce fait met bien en évidence l’importance des présupposés philosophiques, en particulier de l’idéalisme régnant à cette époque.

De plus, l’étude du kérygme ou base de la prédication chrétienne primitive a montré que les fondements du christianisme sont déjà présents peu de temps après la mort de JÉSUS. En effet, dans la première lettre de saint PAUL aux Corinthiens, écrite avant 57, les données historiques s’associent intimement aux données de foi

« Le Christ est mort (donnée historique)

Pour nos péchés, selon les Écritures (donnée théologique)

Il a été enseveli (donnée historique)

Il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures (donnée métahistorique, à la fois historique, à cause des apparitions à ses disciples et théologique)

Il est apparu à Céphas, puis aux Douze. Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts. Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres (donnée historique) [ 1Co 15,3-7] »

Dans ces conditions, comment un mythe aurait-il pu être créé un siècle plus tard ?

  • Enfin reste la solution traditionnelle qui affirme la pleine existence et même la pleine historicité d’un homme appelé JÉSUS, juif ayant vécu au premier siècle, dont l’extraordinaire personnalité a émerveillé les foules et effrayé les autorités de son temps, tant par ses actes prodigieux que par son enseignement.

C’est la solution la plus simple qui n’exige qu’un minimum de présupposé préalable et qui colle le mieux à nos connaissances actuelles sur le milieu où le Christ a vécu.

Comme l’affirme Jean GUITTON « faire découler l’histoire de JÉSUS de la foi au Christ comme conséquence et non comme origine, c’est rendre incompréhensible l’origine du culte et de la prédication chrétienne ». Pourquoi, au lieu de la lapidation ou de la décapitation, les premières communautés auraient-elles imaginé la mort du Christ sur la croix, supplice tellement odieux qu’il n’est pas représenté dans l’art chrétien des trois premiers siècles ? Cette non-représentation est à l’opposé d’une conception symbolique.

Pourquoi les premières communautés auraient-elles affirmé que JÉSUS était Dieu avant sa naissance, affirmation blasphématoire pour les juifs et ridicule pour les Romains dont l’empereur n’était divinisé qu’après sa mort ?

Pourquoi les premières communautés auraient-elles attribué à JÉSUS un enseignement radicalement nouveau qui accomplit la Loi juive en la dépassant, comme en témoigne son attitude envers les femmes, les enfants, les pauvres et les exclus en général ? La vie et l’enseignement de JÉSUS constitue bien la donnée première qui s’est imposée aux premières communautés qui l’ont préservée et interprétée, mais non inventée.

Comme le disent V. LOUPAN et A. NOEL, « l’antithèse, fabriquée en 1920 par des exégètes, entre le Christ de la foi et le JÉSUS de l’histoire, est rejetée comme vide de sens par les historiens. « Ajoutons qu’elle pollue toujours , parfois sous une forme déguisée, la plupart des enseignements et des manuels d’aujourd’hui dont le fond remonte justement à cette époque. Une actualisation de la recherche biblique, débarrassée de préjugés philosophiques dépassés, est absolument nécessaire.

Remarquons qu’il s’agit d’une hypothèse purement historique et non pas religieuse, qui a été et qui est de nos jours encore défendue par des chercheurs non chrétiens. C’est ainsi qu’un agnostique, le professeur Yves DELAGE, directeur du Muséum d’histoire naturelle à Paris, défendit en avril 1902, l’authenticité du Linceul de Turin en déclarant : « Je considère le Christ comme un personnage historique et je ne vois pas pourquoi on se scandaliserait qu’il existe une trace matérielle de son passage, tout comme pour le pharaon Ramsès II dont nous possédons bien la momie, bien plus ancienne ». Plus récemment, les scientifiques français André MARION, expert en traitement d’images à l’Université Paris-Sud et Gérard LUCOTTE, professeur de génétique à l’École d’Anthropologie de Paris, dénonçait les contrevérités au sujet des reliques de la Passion en particulier et de la religion catholique en général.

C’est également la conception de Jacqueline GENOT-BISMUTH, responsable de la chaire du judaïsme de la Sorbonne, qui met en évidence les convergences entre l’évangile de Jean et les recherches archéologiques sur la Jérusalem du temps du Christ ainsi que de l’historien et rabbin américain Jacob NEUSNER, auteur du livre A Rabbi talk with Jesus, dans lequel il affirme « qu’il n’a aucun doute sur la véracité de ce que MATTHIEU dit au sujet des actes et des paroles de JÉSUS « , tout en contestant bien entendu son enseignement.

La conception chrétienne

Il est certain que la conception chrétienne dans ce domaine va beaucoup plus loin : elle affirme que le JÉSUS historique est le commencement de la foi chrétienne, que les faits les plus marquants du Christ de la foi, rapportés par les apôtres, remontent au JÉSUS historique : sa naissance virginale, son annonce du Royaume de Dieu, ses miracles, sa conscience filiale et messianique, ses prétentions divines (« Je Suis… ») , sa mort sur la croix et sa résurrection, son envoi de l’Esprit saint et son ascension dans les cieux.

La même continuité peut être affirmée entre le Christ de la foi et le Christ du dogme, professé dans la tradition bimillénaire de l’Église, en particulier dans le Symbole de Nicée-Constantinople et dans le Symbole des Apôtres. D’ailleurs ce dernier présente le même mélange de données historiques (en rouge) et de données de foi (en bleu) que le kérygme :

« Je crois en Jésus-Christ, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie ; a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers ; le troisième jour, est ressuscité des morts ; est monté au ciel, est assis à la droite de Dieu. »

C’est le Christ biblico-ecclésial, unique et définitive source de salut pour tous les hommes et femmes du monde entier, selon le schéma suivant :

Jésus historique ======> Christ de la foi ======> Christ dans l’Église =====> salut des hommes

« Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité car Dieu est unique, unique aussi le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même, qui s’est livré en rançon pour tous

Quelques pistes de lecture

Coinseil de présidence du grand jubilé de l'an 2000, Jésus-Christ, unique sauveur du monde, Mame,1996

Marie-Christine CERUTI-CENDRIER, Les évangiles sont des reportages, Pierre Téqui, 1997

Jacqueline GENOT-BISMUTH, Jérusalem ressuscitée, F.X. de Guibert - Albin Michel, 1992

René LAURENTIN, Les évangiles de Noël, Desclée, 1985

René LAURENTIN, Vie authentique de Jésus-Christ, Fayard, 1996

Victor LOUPAN et Alain NOEL, Enquête sur la mort de Jésus, Presses de la Renaissance, 2005

André MARION et Gérard LUCOTTE, Le linceul de Turin : le point sur l'enquête, Presses de la Renaissance, 2006

Vittorio MESSORI, Hypothèses sur Jésus, Mame, 1978

Bargil PIXNER, Avec Jésus à Jérusalem : ses premiers et derniers jours en Judée, Corazin,2005