La Miséricorde divine

De Ebior

" Il est important que nous recevions entièrement le message qui provient de la parole de Dieu en ce deuxième dimanche de Pâques, qui dorénavant, dans toute l'Église, prendra le nom de Dimanche de la Miséricorde Divine".

C'est en ces termes que le pape Jean-Paul II transmettait le message de la Miséricorde, le 30 avril 2000, lors de la canonisation de Sœur Faustine, première canonisée de l'année jubilaire, première canonisée du troisième millénaire.

Quelques citations du Petit Journal de sœur Faustine

L'humanité ne trouvera pas la paix tant qu'elle ne se tournera pas avec confiance vers ma Miséricorde (petit Journal, citation n° 300)

"Ma Miséricorde est si grande, que pendant toute l'éternité, aucun esprit, ni humain ni angélique, ne saurait l'approfondir. Chaque âme en relation avec moi méditera mon Amour et ma Miséricorde durant toute l'éternité (n° 699)"

"Ma fille, ta confiance et ton amour retiennent ma justice et je ne puis punir, car tu l'en empêches (n° 198)"

Le Christ de la Miséricorde

C'était l'époque de la montée de l'hitlérisme - HITLER arrive au pouvoir en 1933 - des grandes "purges" de Staline, et déjà se prépare la guerre d'Espagne. Les bagnes nazis et soviétiques se multiplient. Déjà s'organisent les déportations en masse, les transferts de populations et les génocides ! La guerre - et quelle guerre, la plus terrible que l'humanité ait connue - est à nos portes ! Le monde a peur !

Jésus apparaît alors à Sœur Faustine (Faustina en polonais) KOWALSKA, une jeune religieuse polonaise, en 1933-1934, à Vilno alors en Pologne, aujourd'hui Vilnius en Lituanie, à plusieurs reprises et lui annonce :

"Je fais miséricorde au monde ! Mais l'humanité ne trouvera ni tranquillité ni Paix tant qu'elle ne se convertira pas et ne se tournera pas vers ma divine Miséricorde !"

Ce message est dans la droite 1igne des écrits des prophètes de l'Ancien Testament et des paroles de Jésus dans l'Évangile, lorsqu'il pleure sur Jérusalem :

"Ah ! si tu avais compris le message de paix (que j'apporte). Vient le jour où tes ennemis t'environneront de retranchements, t'investiront, t'écraseront, toi et tes enfants. Ils ne te laisseront pas pierre sur pierre, parce que tu n'auras pas reconnu le temps où tu as été visitée" (Lc 20, 41-44).

et de celui de Notre-Dame de la Salette :

"Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous ! Mais si vous vous convertissez, les grâces vous seront données en abondance !"

L'icône

Icone-misericorde.jpg
Jésus demande alors à Sœur Faustine que soit instituée dans l'Eglise, le premier dimanche après Pâques une fête en l'honneur de sa divine Miséricorde et de faire peindre un tableau à son effigie. "Je bénirai tous ceux qui le regarderont avec foi !", promet-il. C'est le peintre polonais E. KAZIMIROVSKI qui exécutera la demande du Seigneur et peindra, en 1934, le tableau sur les indications précises de Sœur Faustine KOWALSKA.

"L'icône du Christ de la miséricorde" - c'est le nom de ce tableau - est très impressionnante.

Elle n'a rien à voir avec l'image sirupeuse que certains répandent.

Jésus y apparaît sur un fond entièrement noir - symbole de l'époque de ténèbres qui approche - comme la Lumière du monde. Il bénit les hommes. Son cœur est à l'incandescence, comme lors de l'apparition à Sainte Marguerite-Marie à Paray-le-Monial en France. En sortent des rayons de lumière rouge - symbole du don de la foi - et des rayons blancs - l'eau, le don de la Sainteté -. Ses yeux sont comme voilés, baissés car c'est à tous les hommes qu'il s'adresse.

Curieusement son visage est celui du Linceul, alors qu'à cette époque, personne ne connaissait l'image que nous aimons tant et que nous vénérons avec tant d'amour.

Au-dessous du tableau" on peut lire cette inscription en polonais : "JEZU UFAM TOBIE", qui se traduit par "Jésus, j'ai confiance en vous". en vos promesses.

Le Père Michel SOPOCKO, confesseur de Sœur Faustine et Curé de l'Eglise Saint-Michel consacrera l'icône et la placera à la droite de l'autel.

Le Message

La véritable icône du Christ de la Miséricorde a été cachée durant tout le temps de la persécution soviétique. Elle se trouve aujourd'hui dans le couvent des Dominicains à Vilnius, où elle est offerte à la vénération des fidèles.

Jean Paul II a tenu tout spécialement à aller se recueillir devant elle lorsqu'il est allé en Lituanie.

Le message que Jésus a fait connaître pour tous nos contemporains à Sœur Faustine est clair : Il demande avec instance et insistance que les hommes intercèdent sans cesse pour la Paix - sa Paix - dans le monde et pour la conversion des pécheurs.

"Convertissez-vous !" répète-t-il inlassablement.

Il ajoute : "Jamais les hommes ne doivent douter de la puissance de ma Miséricorde quels que soient leurs péchés et les circonstances qu'ils ont à vivre !".

De plus Jésus demande aux chrétiens de s'engager à Le prier chaque jour pour le supplier d'exercer sa divine miséricorde envers tous les hommes : "Je ne laisserai pas inexaucées les prières qui seront dites en l'honneur de ma miséricorde" promet-il.

Maria WINOWSKA dans le livre magnifique qu'elle a consacré à Sœur Faustine et à l'Icône de la Miséricorde, raconte que, dès que le peintre eut fini le tableau, Jésus lui demanda de l'exposer à l'extérieur (sur la rue) de la Chapelle de Notre-Dame de la Porte de l'Aurore afin que les passants puissent le regarder avec foi.

"je voyais Satan sortir des âmes ", a dit Sœur Faustine.

Les apparitions de Jésus authentifiées par l'Eglise sont extrêmement rares. Mais Jean Paul II a authentifié celles de Sœur Faustine et l'a béatifiée le dimanche 29 avril 1993, dimanche de la Miséricorde et premier dimanche après Pâques.

Sœur Faustine est une grande sainte que le Pape Jean Paul II a canonisé le dimanche 30 avril 2000 à Rome, dimanche de la Divine Miséricorde premier dimanche après Pâques. Soyons fidèles à son message. Convertissons-nous.

Demandons-lui de nous aider à devenir, nous aussi, des hommes et des femmes de miséricorde, afin que la Miséricorde divine soit manifestée au monde.

Prions chaque jour le Christ de la Miséricorde.

Seigneur Jésus !

Dans cette époque de ténèbres, Toi seul est la Vraie Lumière.

Fais Miséricorde aux familles du monde entier.

Bénis l'apostolat familial de l'AFALE.

Que chaque famille soit le lieu où la Foi chrétienne annoncée et vécue, redevienne UN HERITAGE !

(Anne-Marie)

La neuvaine à la Miséricorde divine

Cette prière, à réciter sur un chapelet ordinaire pendant neuf jours d'où son nom de neuvaine, fut révélée à sœur Faustine les 13 et 14 septembre 1935.

"Il me plaît de leur accorder tout ce que les âmes demanderont en disant ce chapelet (n° 1541)"

Bibliographie

  • Maria WINOWSKA, L'icône de la Miséricorde, Éditions Saint-Paul, 1973.
  • Petit Journal de Sœur Faustine, Éditions Ovine.
  • Nicolas JOURNÉ, La Miséricorde divine, Éditions Saint-Paul, 2002

Paru dans l'AFALE Magazine, n° 252, avril 2000