L'Exode (Afale)

De Ebior
Exode, "Schemot" en hébreu, signifie les Noms.

Ce livre commence en effet par "Voici les Noms des Israélites qui entrèrent en Égypte avec Jacob "

L'Exode est le second livre de la Tora (ou Pentateuque = les 5 livres, appellation plus couramment utilisée aujourd'hui). Le mot grec "Exodos" se traduit par "chemin de sortie". D'où l'idée d'une sortie, d' un départ, et même, selon le Larousse, de l'émigration en masse d'un peuple.

L'Exode relate la sortie des Hébreux hors d'Égypte (vers 1250 av J.C.) et la longue pérégrination de quarante années qui les mena (I'Egypte en Terre Promise (Israël) à travers le désert. Plusieurs étapes de cette odyssée sont racontées également dans les livres des Nombres et le Deutéronome.

C'est un événement considérable qui devint rapidement, pour la pensée juive, le type et le gage de toutes les délivrances accomplies par Dieu en faveur de son peuple. L'Exode marque la véritable naissance du peuple de Dieu.

Signe de l'amour divin, l'Exode est, par là-même, gage de salut. Hélas, à cette sollicitude divine manifestée par de grands prodiges, Israël ne répondra souvent, - comme nous-mêmes d'ailleurs - que par l'ingratitude, sans demeurer fidèle au Seigneur son Dieu qui l'a délivré de la servitude de l'Egypte, comme lors de l'épisode du Veau d'or, par exemple.

L'Exode est le livre le plus important de tout l'Ancien Testament. Il est au Premier Testament ce que les Evangiles sont au Nouveau. Il annonce prophétiquement et préfigure ce que Jésus Christ accomplira pour l'Humanité tout entière. "Sans l'Exode, l'Evangile deviendrait incompréhensible nous disait le Père Loew.

L'Exode est composé de.4 parties qui décrivent

  1. - (§ 1 à 13) l'oppression des Hébreux en Egypte, la vocation de Moïse et la Révélation du Nom divin, les plaies d'Égypte et la Pâque,
  2. - (§ 13 à 19) la délivrance d'Égypte et le début de la pérégrination des Hébreux dans le désert
  3. - (§ 19, 20 et 24) l'Alliance du Sinaï, la naissance d'Israël en tant que nation et le don des 10 Paroles,
  4. enfin cette partie se subdivise elle-même en deux :
    1. § 20 22s Le Code de l'Alliance, les décrets qui permettent une application "en esprit et en vérité" des 10 Paroles, code et décrets toujours en vigueur aujourd'hui,
    2. § 25 à 40 : Les lois cultuelles, prescriptions relatives à la construction du Sanctuaire – l’Arche d’Alliance, puis le Temple de Jérusalem - et à ses ministres, le Grand prêtre et les lévites ( que Dieu a "pris" à jamais à son service ) qui assurent au Temple de Jérusalem les sacrifices quotidiens, les offices et les liturgies

L'Exode a été longtemps considéré comme l'œuvre de Moïse. Aujourd'hui, selon les exégètes, il serait plutôt le fruit d'un travail collectif des scribes mettant par écrit avec une grande fidélité les prescriptions orales de Moïse, ce aux alentours des lOe/9e siècles avant notre ère.

De l'oppression des Hébreux en Egypte à la Pâque (§ 1 à 13)

Pourquoi les Hébreux, issus des fils de Jacob (installés en Egypte avec lui, vers 1700 avant notre ère (§ l) subiront-ils pendant tant d'années - certains textes parlent de 400 ans - une telle oppression ?

La tradition juive exprimée dans le Targum nous fait connaître la raison pour laquelle le pharaon d'Egypte portait une haine si grande au peuple de Dieu qu'il entendait exterminer :

"Il aurait eu un songe étrange, porteur d'une haute signification (et l'on sait l'importance des songes pour les peuples de l'Orient) .- il aurait vu une mystérieuse balance. Sur l'un des plateaux, était posée toute la puissance de l'Egypte, la première puissance mondiale à cette époque (comme les U.S.A aujourd'hui), et sur l'autre un agneau immolé. Et l'agneau immolé pesait plus lourd que toute la puissance de l'Egypte. Le pharaon comprit alors qu'un jour, l'idolâtrie dont l'Egypte était le symbole serait vaincue par ceux qui rendent un culte à l'agneau immolé".

Par ailleurs, le Pharaon prend conscience, en raison même de leur nombre grandissant, de la menace que les hébreux peuvent faire peser sur l'Egypte.

Car face à l'idolâtrie ambiante, les Hébreux sont restés fidèles à Dieu et à leurs coutumes. Ils ne se sont pas intégrés, assimilés au peuple égyptien ! S'ils s'étaient coulés dans le moule, ils n'auraient pas posé de problème et tout se serait certainement bien passé !

Ce faisant, ils témoignent de la première caractéristique du peuple de Dieu

Israël est et doit rester inassimilable aux peuples païens. C'est pourquoi les idolâtres le haïssent. 
Il en sera de même plus tard pour l'Église.

Mais Dieu a vu la misère de son peuple. Il appelle Moïse (§3), lui révèle son Nom, son projet de salut en faveur de son peuple, lui signifie la mission qu'Il lui a confiée à lui, Moïse. et lui promet son assistance pour la mener à bien. "Va, je serai . avec toi!"

Moïse

Moïse est le prophète sans égal, "l'honneur de l'humanité". Il est le plus grand des prophètes, l'ami de Dieu et son serviteur fidèle

"Avec les autres prophètes, je me révèle en vision ou en songe. Avec mon serviteur Moise, dira le Seigneur, je parle bouche à bouche, comme un ami parle avec son ami". Ex 33.

Et Moïse est le seul, avec Jésus, auquel le NT donnera le titre de médiateur (de l'Alliance). 
Mais alors que par la médiation de Moïse, Dieu fait Alliance avec le peuple d'Israël, par Jésus, c'est avec tous les peuples 
qu'Il célébrera la nouvelle et éternelle Alliance.

Au moment où commence l'Exode, Moïse est placé devant un choix redoutable : être Pharaon, ou chef du peuple élu. Un événement tragique survient qui le force à choisir.

Il commet un acte de terrorisme : il tue un égyptien, et se voit ainsi obligé de fuir, au désert, la police du Pharaon lancée à ses trousses. Apparaît alors ce premier paradoxe : le judaïsme est fondé sur deux grands pécheurs Moïse, un assassin, et son frère Aaron qui sera renégat. Le christianisme de même est fondé sur deux grands pécheurs, Pierre, renégat, et Paul, assassin.

Aussi le judéo-christianisme n'est-il certes pas une religion de l'élite, mais une religion de pécheurs sauvés et pardonnés. 
Car il plaît à Dieu - et c'est là sa Gloire - de prendre de grands pécheurs et d'en faire des saints.

La délivrance d'Égypte et la pérégrination des hébreux dans le désert (§ 13 à 19)

a) § 1 à 15 : la délivrance d'Égypte

La délivrance d'Égypte "à main forte et à bras étendu", montre la puissance de Dieu, la grandeur de son Nom, et l'ampleur du plan (l'amour de Dieu).

Après les 10 plaies d'Egypte, les Égyptiens laisseront dans un premier temps partir les Hébreux §7 à 11. Puis ils s'en repentiront et leur donneront la chasse. Mais après avoir célébré la Pâque (§ 12), sous la conduite de Moïse, les hébreux traverseront à pied sec la Mer Rouge qui se refermera sur leurs poursuivants égyptiens.

Et cette traversée miraculeuse marque leur libération de l'esclavage (§ 14). Elle préfigure le Baptême qui nous libère du péché. Depuis, chaque jour, les juifs en rendent grâce à Dieu ! Faisons-nous de même pour le salut que nous a apporté le Christ par sa mort et sa résurrection ?

Cette première partie de l'Exode s'achève par le "Cantique de Moïse", l'un des grands chants d'action de grâce de la Bible. L'Apocalypse nous apprend que les anges le chantent depuis, sans cesse, avec le Cantique de l'Agneau dans le ciel, Ap 15, 1-5.

b) § 16 à 18 : la marche dans le désert

Les Hébreux qui quittent l'Égypte sont une horde d'esclaves. Ils ne sont pas encore un peuple. Mais, chaque jour, grâce à la prière et l'écoute de la Parole de Dieu, sous la conduite de Moïse, pendant les 50 jours qu'ils mettent pour parvenir à l'Horeb, tel un escalier qui les conduirait vers Dieu, ils progressent devant Dieu et arriveront "sanctifiés".

Ces 50 jours de sanctification sont la préfiguration de notre Carême, qui dure lui aussi 50 jours.

Cette nourriture terrestre qui vient du ciel symbolise la Parole de Dieu qui nourrit les âmes et plus encore - 
Jésus l'expliquera dans le Discours sur le Pain de Vie dans la synagogue de Caphanaüm - l'Eucharistie :

Ces dons, et particulièrement le don de la manne ont valeur de signe, signe de la présence attentive et aimante de Dieu, qui entend la plainte de son peuple, et l'exauce. Mais aussi don qui sollicite une réponse du peuple et s'accompagne de prescriptions precises : la manne doit être recueillie chaque jour, non conservée pour le lendemain. L'obéissance des hébreux à la demande du Seigneur manifestera sa foi en Dieu et sa confiance en sa Parole.

Le "temps du désert" est un temps d'épreuve pour le peuple. Mais le Seigneur lui manifestera sa présence bienfaisante et sa sollicitude par les dons de la manne, des cailles et de l'eau jaillie du Rocher, § 16 et l7.

"Vos pères ont mangé la manne au désert et sont morts, celui qui mangera de ce Pain que je lui donnerai vivra à jamais". Jn 6, 22s.

Aussi un des objectifs de l'AFALE est-il de faire aimer cette Loi si sainte et si belle, pour qu'elle ne soit pas ressentie comme un carcan, mais comme un don : "De quel amour j'aime ta Loi, ô mon Dieu" , Psaume 118, 97. Mgr Lagrange observait lors de notre Session d'été 1996 à N.D. du Laus : "Dieu est notre créateur. Le Décalogue nous fait connaître les lois qui permettent d'épanouir notre nature humaine, comme la notice du constructeur sur le fonctionnement d'une voiture, permet d'utiliser l'automobile au mieux. " Le Décalogue devrait être le fondement de notre société moderne et régler la vie sur la terre. Alors les promesses s'accompliraient !

-L'Alliance au Sinaï § 19 et 24

Ces chapitres peuvent être appelés "le cœur du cœur" de la Révélation dans l'A.T.

C'est au pied de l'Horeb - comme le Seigneur l'avait annoncé lorsqu'il appela Moïse (Ex 3) - qu'Israël va devenir un peuple 
en concluant l'Alliance avec le Seigneur son Dieu, son peuple, un peuple régénéré, un peuple purifié, le Peuple élu.

"Je vous tiendrai pour un royaume de prêtres, une nation sainte" promet le Seigneur à son Peuple, pour une nation consacrée à Dieu, une nation qui appartient à Dieu, où Dieu réside en Sa Sainteté (v. 6).

L'Alliance du Sinaï a ses signes, ses rites de célébration, ses clauses et ses promesses divines

  • les signes

   - la libération d'Egypte,

   - la théophanie (§ 19)

   - le don de la Terre promise,

  • les rites

   - la Pâque, § 12

   - le Sacrifice d'Alliance, § 24

  • les clauses
    - la fidélité à la célébration de la Pâque
  • la mise en pratique des 10 Paroles, de la Tora, du Code de l'Alliance, du précepte "Tu rediras à tes enfants..."
  • les promesses : "Je ferai de vous un peuple de prêtres, une nation sainte", § 19 'Tu seras comblé de bénédictions, heureux à jamais", Dt 6, 20-25.

Après avoir été proposée par le Seigneur et acceptée par le peuple, ]'Alliance va être conclue en bonne et due forme par un sacrifice d'Alliance.

Au § 24, ce sacrifice sera célébré par un double rite

  1. lerite du sang cours duquel "le sang de l'Alliance" est répandu pour moitié sur le Peuple et pour moitié sur l'autel, liant ainsi à jamais Dieu et son Peuple,
  2. lerite du repas, repas rituel, au cours duquel la victime est mangée. "Ils mangèrent et ils burent", 24,

Initialement, les chapitres 19 : la préparation de l'Alliance et 24  : la conclusion de l'Alliance ne faisaient qu'un. Entre eux, ont été intercalés les chapitres 20 à 23 concernant Les 10 Paroles (ou Décalogue) et le Code de l'Alliance qui en constitue, comme précisé plus haut, les décrets d'application. Donnons un exemple : y apparaît le mot "réparation" parce que dans le peuple de Dieu, la vengeance ne doit plus exister, mais la volonté de "réparer" le mal que l'on a pu faire à autrui.

Les deux rites d'Alliance, le rite du sang et le rite du repas, scellent définitivement l'Alliance entre Dieu et Israël.
L'Alliance du Sinaï préfigure prophétiquement la Nouvelle et Etemelle Alliance en Jésus Christ que nous célébrons au cours du Saint Sacrifice Eucharistique de la Messe.

La célèbre "loi du talion" l'illustre parfaitement, qui dit "S'il y a accident, tu donneras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent..;", et non pas tu prendras, sens qu'on lui donne habituellement, Ex 23,23

Le Code de l'Alliance et les lois cultuelles

Ces chapitres décrivent les prescriptions divines concernant la construction de l'Arche d'Alliance, du Temple de Jérusalem, les objets liturgiques, les rites de la consécration du Grand prêtre, les ornements liturgiques, les offrandes, la célébration des sacrifices...

Ne les déclarons pas trop vite dépassées, elles sont à l'origine des rites si riches de la Sainte Église catholique.

CONCLUSION

L'Exode commence par l'oppression des Hébreux et s'achève par l'érection et la consécration du Sanctuaire où Dieu résidera au milieu de son peuple, comme Moïse le lui a tant demandé de façon si pressante.

Mais alors les temps n'en sont pas encore venus.

Dans le désert où il pérégrine le Seigneur guide son peuple sous la forme d'une nuée lumineuse "Le Jour- la nuée lumineuse était sur la demeure , et la nuit, il y avait dedans un feu, aux yeux de toute la maison d'Israël, à toutes leurs étapes" Car Dieu l'avait promis à Moïse : "Je serai avec toi"

Tout est Révélation dans l'Exode. Tout y est Parole de Dieu. Chaque épisode, chaque verset ont une portée immense, un sens spirituel qui doit nous ravir.
Et c'est un bonheur sans mélange de pouvoir l'enseigner à nos enfants pour faire naître, et nourrir leur foi.

Dans le prochain livre, Le Lévitique, nous découvrirons la véritable vocation à laquelle Dieu nous appelle à La Sainteté. "Vous serez saints, parce que Je suis saint (Lv 19 1).



Auteur : Isabelle AMI

© Afale Magazine, 1997