Géographie physique de la Terre Sainte

De Ebior

Situation

L’expression " Terre Sainte " regroupe l’état d’Israël et les territoires palestiniens , couloir coincé entre l’Afrique et l’Asie, au centre du croissant fertile du moyen orient et des routes qui relient d’une part la vallée du Nil en Égypte à l’Euphrate et au Tigre en Mésopotamie , d’autre part l’Asie mineure à la péninsule arabique.

C’est une région peu étendue où les distances sont faibles ; c’est ainsi que l’état d’Israël possède une superficie d’environ 22000 km2 avec une longueur maximale de 470 km depuis la frontière libanaise jusqu’à Eilat sur la mer Rouge, une largeur maximale de 115 km et une largeur minimale de 14 km seulement. Á l’époque du Christ, le pays était plus large, englobant la Cisjordanie actuelle et une petite partie de la Jordanie mais nettement plus court, s’arrêtent à Beersheba, soit à 250 km au nord d’Eilat.

C’est ainsi que ni la vallée de la Arava ni le désert du Néguev ni à fortiori celui du Sinaï n’ont fait partie de la province romaine de Judée.

Le relief

D’ouest en est, la Terre Sainte est formée de quatre bandes plus ou moins parallèles, orientées nord-sud

Coupe-relief.jpg


La plaine côtière de la mer méditerranée

Celle-ci commence par la baie d’Acco au nord du mont Carmel et s’élargit vers le sud avec une largeur maximale de 40 kilomètres jusqu’au pays des Philistins. Cette côte sablonneuse, plate et rectiligne, présente quelques ports : Acco, Jaffa, Ascalon, Gaza et surtout Césarée, dont les ruines des gigantesques aménagements artificiels construits par le roi Hérode ont été redécouverts par l’archéologie sous-marine.


Les montagnes du centre

Elles comprennent, du nord vers le sud :

  • Terre-sainte-romaine.jpg
    Le mont Carmel (528 m)
  • Les montagnes de Samarie : monts Gelboé (500 m), Ebal (938 m) et Garizim (880 m)
  • La montagne d’Éphraïm, au nord de Jérusalem
  • La montagne de Judée (1000 m), au sud de Jérusalem

Les villes historiques sont situées le long de la ligne des crêtes : Sichem-Naplouse, Béthel, Jérusalem (620-820m), Hébron (1000 m)

Au nord, la Galilée peut être découpée en deux régions :

  1. La Basse-Galilée avec la riche plaine de Yisréel, la zone agricole la plus riche du pays, dominée par le mont isolé du Tabor (588 m) . Elle relie la mer méditerranée à la vallée du Jourdain et au lac de Tibériade (ou de Galilée), le plus grand lac du pays avec une longueur de 21 km sur une largeur de 8 km, et le plus important réservoir d’eau douce.
  2. La Haute-Galilée, formée de roches calcaires tendres, limitée à l’est par la vallée du Jourdain et qui culmine au mont Méron (1208 m)















Source : Atlas biblique du voyageur en Terre Sainte, Monde de la Bible,2007 (Le relief a été volontairement accentué)

Le fossé du Jourdain

Cette vallée de 420 kilomètres de longueur n’est qu’une petite partie de la grande faille géologique (ou rift) qui relie la région des grands lacs africains au mont Taurus en Turquie en passant par la mer Rouge, la vallée de la Araba et la Mer Morte.

Les eaux de cette dernière possèdent le degré de salinité et la densité les plus élevées au monde : elles sont exploitées pour leurs sels depuis la plus haute antiquité.

Cet effondrement, de plusieurs centaines de mètres, est toujours actif à l’heure actuelle, avec un déplacement de 1 à 3 cm par an.

Le Jourdain (Yarden en hébreu, " le descendeur "), formé par la réunion de trois torrents provenant du massif de l’Hermon en Syrie, descend bien en dessous du niveau de la mer par le lac de Tibériade (eau douce à - 210 m, superficie de 164 km2 ) jusqu’à la mer Morte (eau très salée à – 410 m, superficie de 265 km2) où il finit sa course. Sur les 100 kilomètres qui séparent les deux étendues aquatiques, la déclivité est si faible que le fleuve sinue sur plus de 300 kilomètres. Gonflé par les pluies d’hiver, il est la plupart du temps assez étroit et peu profond.

Plus au sud, la vallée aride et très chaude de la Arava remonte jusqu’à la mer Rouge, au golfe d’Eilat (Israël) ou d’Aqaba (Jordanie), dont les eaux sont réputées pour leurs coraux et leur vie sous-marine exotique.


Le plateau jordanien

Vers l’est, au-delà du Jourdain, s’étend une succession de haut-plateaux, s’élevant entre 800 et 1000 mètres d’altitude. Du nord au sud, le Golan, d’origine volcanique et les anciens royaumes d’Ammon, de Moab et d’Édom, situés actuellement en Jordanie et reliés par l’ancienne route des rois qui existe toujours.

A l’époque du Christ, la province juive de Pérée ne s’étendait que sur Ammon, le reste du plateau jordanien faisant partie du royaume arabe des Nabatéens.

Tableau des altitudes

Les altitudes sont indiquées en mètre, par ordre décroissant, au-dessus (+) et en-dessous (-) du niveau de la mer.

Terre-sainte-physique.jpg

SOURCE : Terre Sainte, Guides Gallimard, p.17

Nom

Région

Altitude (m)

     

Mont Hermon

Syrie

+ 2814

Mont Sinaï

Égypte

+ 2285

Mont Meron

Galilée

+ 1208

Mont Baal Haçor

Samarie

+ 1016

Hébron

Judée

+ 1000

Mont Ebal

Samarie

+ 938

Mont Garizim

Samarie

+ 880

Mont Nebo

Pérée

+ 802

Jérusalem

Judée

+ 620 à + 820

Mont Thabor

Galilée

+ 588

Mont Carmel

Côte

+ 546

Mont Moré

Galilée

+ 515

Nazareth

Galilée

+ 500

Lac Hulé

Galilée

+ 68

Lac de Tibériade

Galilée

- 212

Jéricho

Judée

- 270

Mer Morte

 

- 415

Remarquons deux changements importants :

La Mer Morte, dont le niveau a fortement baissé ces dernières années (1,6 m d’évaporation annuelle en plus des retenues imposées par l’industrie et le tourisme), se présente actuellement en deux bassins séparés par une langue de terre (" Lisan ") : la partie nord, de 300 m de profondeur, est reliée à la partie sud (10 m de profondeur) par un canal artificiel. Á l’époque du Christ, la Mer Morte se situait nettement plus haut qu’aujourd’hui et ne formait qu’une seule entité. On l’appelait alors le lac Asphaltique à cause des plaques de bitume que les Romains et les Juifs exploitaient déjà.

Le lac Hulé, au nord de la Galilée, a été complètement asséché à l’exception d’une petite réserve où vivent des hérons, des pélicans et des canards et où poussent des roseaux et des papyrus. C’était un véritable troisième lac dans l’antiquité, bien que plus petit que les deux autres.

Tableau des distances kilométriques

 

Ashkelon

Beer Sheva

Beth-lehem

Eilat

Gaza

Hébron

Jéricho

Jérusalem

Nazareth

Sichem

Tibériade

Ashkelon

66

66

308

80

58

110

71

153

111

182

Beer Sheva

66

71

246

78

48

116

81

220

141

243

Beth-

lehem

66

71

319

75

28

37

10

145

70

138

Eilat

308

246

319

327

288

287

310

448

369

404

Gaza

80

78

75

327

64

129

91

171

130

200

Haifa

151

199

168

450

154

185

147

159

38

93

60

Hébron

58

48

28

288

64

69

33

167

91

184

Jéricho

110

116

37

287

129

69

36

115

66

115

Jérusalem

71

81

10

310

91

33

36

133

60

160

Nazareth

153

220

145

448

171

167

115

133

73

29

Sichem- Naplouse

111

141

70

369

130

91

66

60

73

102

Tibériade

182

243

138

404

200

184

115

160

29

102

Les données climatiques

Carte-pluie.jpg
Deux saisons principales : une période d’hiver tempérée et pluvieuse, de novembre à avril, avec un vent soufflant du sud et un été sec et chaud, de mai à octobre, avec un vent du nord qui apporte de la fraîcheur.

Les écarts de température peuvent être très marqués au cours d’une même journée et les conditions régionales varient considérablement : des étés humides et des hivers doux sur la côte, des étés secs et tempérés dans les régions montagneuses, des étés secs et chauds et des hivers agréables dans la vallée du Jourdain, des étés torrides et des conditions semi désertiques dans le désert de Judée, entre Jérusalem et Jéricho, ainsi que dans le Néguev et dans la Arava.


Tableau des températures moyennes en degré Celsius (°C) : minimum – maximum

Ville ou région

Janvier

Avril

Juillet

Octobre

         

Côte

9-18

12-22

21-30

16-29

Jérusalem

6-12

12-21

19-29

16-25

Tibériade

9-18

13-27

23-37

18-32

Mer Morte

11-20

20-29

28-39

24-32

Eilat

10-21

17-30

26-40

20-33

Les précipitations et les zones climatiques

Constatons, d’après la carte, l’extrême différence entre les régions climatiques : il pleut moitié moins à Beersheba (200 mm) qu’ à Jérusalem (550 mm) . Certaines régions sont bien plus arrosées que Paris en France alors que d’autres ne reçoivent que 25 mm d’eau par an, comme la Mer Morte.

SOURCE : Atlas géopolitique d'Israël, Autrement, 2008, p.9

On peut distinguer :

Carte-bio-geo.jpg
La plaine côtière au climat méditerranéen avec un maximum de 800 mm de précipitations annuelles.

Les montagnes centrales , elles aussi au climat méditerranéen, avec un maximum de 1000 mm de précipitations annuelles, Hébron par exemple en recevant 800 mm et Jérusalem plus de 550 mm. Ce milieu, recouvert à l’origine de forêts de hêtres, a été fortement dégradé par l’homme depuis la préhistoire.

Un partie de la dépression du Jourdain et de la Mer Morte, au climat torride, avec un maximum de 100 mm de précipitations annuelles à Jéricho. Il s’agit d’une savane subtropicale, où vivent une faune et une flore en partie de type africain : l’acacia, la gazelle d’Arabie, l’hyène brune et le guêpier d’Orient en sont des exemples.

Entre ces deux dernières régions, s’étend une zone désertique comme le désert de Judée, de type saharo-arabique.

Enfin, dans le Néguev, se rencontre la steppe, sablonneuse ou rocailleuse à mesure que l’on s’élève jusqu’à plus de 1000 mètres d’altitude. On y trouve des animaux particuliers comme l’outarde ou le loup.

Ajoutons les wali, de profondes gorges taillées par d’anciens cours d’eaux qui, en quelques heures et pour quelques jours à peine, peuvent se transformer en rivières redoutables. S’y trouvent le jujubier aux rameaux épineux, un passereau – le roselin du Sinaï et le bouquetin de Nubie, plus connu sous le nom d’ibex.

SOURCE : Terre Sainte, Guides Gallimard,p.17

Données météorologiques concernant Jérusalem

Mois

Nombre de jours de gel

Nombre de jour

température > 32 °C

Nombre de jours

ensoleillés

Précipitation (mm)

Nombre de jours

de pluie

           

Janvier

0,7

0

19

107

7,4

Février

0,9

0

19

95

6,7

Mars

0,4

0

23

133

6,6

Avril

0

0,9

27

42

3,4

Mai

0

3

29

30

2,7

Juin

0

3,7

30

0

0

Juillet

0

3,1

31

0

0

Août

0

6,5

31

0

0

Septembre

0

3,6

30

0

0,2

Octobre

0

1,6

29

6

0,7

Novembre

0

0

23

73

4,7

Décembre

0,4

0

22

95

6,8

TOTAL

2,4

22,4

313

581

39,2

Considérations supplémentaires

En hiver, la neige est rare à Jérusalem mais pas impossible. La température y est déjà tombée à – 2°C en février et en mars et la température moyenne minimale descend à 6°C.

En comparaison, les chutes de neige ne sont pas exceptionnelles en Galilée et à Nazareth, il gèle en février en moyenne un jour sur six. L’après-midi, la température dépasse rarement 10 °C.

Le mois de mars, encore frais, est le plus arrosé de l’année tandis que les premiers coups de chaleur surviennent en mai (trois jours en moyenne sur le mois) , causés par le khamsin, vent chaud et sec provenant du désert d‘Arabie. Á Jérusalem, la température, habituellement de 25°C l’après-midi, peut alors atteindre 35°C.

Á Jérusalem, l’été est très sec - aucune pluie pendant quatre mois consécutifs – mais grâce à l’altitude, les nuits restent fraîches avec des températures en-dessous de 20°C. L’après-midi, la température avoisine les 30°C.

A cette époque, la température est torride dans la vallée du Jourdain et il vaut mieux voyager par les montagnes de Samarie.

Les mois de septembre et d’octobre poursuivent l’été alors que le mois de novembre annonce l’hiver avec une brutale chute de la  température et le retour de la pluie. C’est ainsi que la température moyenne maximale à Jérusalem descend de 28°C en septembre à 19°C en novembre lors que la température moyenne minimale descend de 18°C à 12°C.

Sur le lac de Galilée souffle en été un vent d’ouest l’après-midi et le soir, qui apporte un peu de fraîcheur alors qu’en hiver et au printemps, c’est un violent et dangereux vent d’est qui peut provoquer des tempêtes. Les sources chaudes de Tabgha attirent le tilapia, espèce tropicale qui craint le froid, permettant ainsi la pêche à cet endroit en hiver et au printemps.

Température de l’eau (en °C)

 

Printemps

Été

Automne

Hiver

         

Mer Méditerranée

21

26

22

17

Mer Morte

25

27

22

20

Auteur : Fernand LEMOINE 


©  EBIOR, 25/06/2008
bible@ebior.org