Synopse (I ) : Le fait synoptique

De Ebior



Définition Notions complémentaires Conclusion

Principes généraux Concordances Types de discours

Contenu Discordances Modèles des Deux Sources :
simplifié, standard et complexe


Les différentes traditions Modèles par dérivation immédiate Source Q

Statistiques Modèles généalogiques Diverses conceptions de Jésus

Graphiques Modèles mixtes  


Sources :

Sous la direction de D.Marguerat, Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides,Genève,2002 dans la collection Le monde de la Bible

X.LEON-DUFOUR et Ch PERROT,L'annonce de l'Evangile,dans Introduction critique au Nouveau Testament, Desclée, 1976

R.E.Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ?, Bayard,1997

Lucien Deiss, Synopse des évangiles, Desclée de Brouwer,1991

Définition d'une synopse ? Son fonctionnement .

Les trois premiers évangiles (Matthieu, Marc et Luc) sont appelés synoptiques ( sun optikoV : sous un seul regard) depuis Griesbach en 1736 parce qu'ils peuvent être lus côte à côte, en colonnes parallèles. On appelle synopse un livre présentant les évangiles de cette manière et péricopes les unités littéraires prises en considération. Elles se constituent d'un ensemble cohérent de versets et parfois même de sous-versets. Cette méthode permet une comparaison rapide qui met en évidence l'identité globale des trois évangiles : mêmes discussions, mêmes récits généraux, mêmes paraboles.

 Principes généraux

Conformément à l'esprit général du site EBIOR, priorité est donnée


1- aux témoignages que nous possédons par rapport aux reconstitutions savantes mais hypothétiques
2 - à la foi collective de l'Église par rapport à l'opinion individuelle (et parfois changeante) d'un savant, même éminent dans son domaine.


De plus les faits doivent d'abord être présentés par eux-mêmes, en dehors de toute théorie explicative, plus ou moins arbitraire. Enfin cette étude doit déboucher sur une meilleure compréhension des évangiles et non sur la résolution du "problème synoptique ", expression courante mais mal choisie.

 Contenu d'EBIOR DB-SYNOPSE

EBIOR DB-SYNOPSE est basée sur la synopse de Lucien Deiss  dont elle reprend la numérotation, avec quelques ajouts dans la découpe en péricopes. Pour des raisons de simplification informatique, le verset (et non des parties de versets ) est l'unité de base.


- Présentation d'un plan en trois niveaux des évangiles synoptiques et de l'Évangile de Jean pour mettre en relief les ressemblances et les différences dans la structure narrative.
- Pour chaque péricope,
  • numéro (Deiss), en gras et entre crochets
  • situation dans le plan précédent
  • type de tradition
  • éventuellement, péricope parallèle dans un autre synoptique
  • éventuellement, pour les synoptiques, [péricope parallèle dans Jean |../DB/Synopse/Synops44.html]
  • présence d'un [doublet |../DB/Synopse/Synops45.html]
  • type de texte : [récit,|../DB/Synopse/Synops41.html] [discours|../DB/Synopse/Synops42.html], [parabole|../DB/Synopse/Synops43.html],
  • appartenance éventuelle au [document Q |../DB/Synopse/Synops48.htm](théorie des Deux Sources)
  • appartenance éventuelle au document C ou D (théorie de Gaboury)
  • titre
  • nombre de versets dans Matthieu
  • nombre de versets dans Marc
  • nombre de versets dans Luc
  • nombre de versets dans Jean
  • références des versets constituant la péricope ( chapitre et versets de départ, chapitre et versets de fin ) avec indication du livre et du numéro de colonne pour un affichage ultérieur en cinq colonnes maximum : Mt, Mc, Lc, doublet chez Matthieu ou Luc, parallèle chez Jean.
  • indication d'un déplacement éventuel



Son but est de fournir tous les éléments nécessaires aux lecteurs, débutants comme avancés, pour mieux comprendre les théories exposées dans la seconde partie et pour se forger une opinion dans un domaine difficile et controversé. Or trop souvent des hypothèses sont présentées comme des certitudes ou du moins comme l'opinion de la grande majorité des exégètes, mais en omettant ou en minimisant les opinions contraires, pourtant fort nombreuses.

Les différentes traditions

 Les trois évangiles synoptiques comprennent à la fois des matériaux propres représentés par une couleur fondamentale (rouge, bleu et jaune) et des matériaux communs représentés par une combinaison de ces couleurs (orange, violet, vert, marron).


1. matériaux communs à Mt, Mc et Lc appelés triple tradition ou tradition marcienne car Mc est l'intermédiaire entre les deux autres.


Les péricopes s'étendent sur de nombreux versets et respectent l'ordre (chapitre et verset) de chaque évangile à tel point qu'une lecture continue est possible pour chacun d'eux simultanément.


2. matériaux communs à Mt et à Lc appelés double tradition ou tradition non-marcienne.


Phénomène complexe : les péricopes se présentent dans ces deux évangiles de manière tout à fait indépendante. Dans certains cas, des séquences de péricopes successives apparaissent soit dans Mt soit dans Lc mais presque jamais simultanément dans les deux . Aussi, pour la double tradition  la synopse met systématiquement en relation deux numéros de péricope, un pour chaque évangile

Exemple : les béatitudes en Mt 5,3-12 [36] correspondant à Lc 6,20-26 [94]

Comparez les séquences suivantes où les péricopes successives apparaissent en grisé et les péricopes déplacées en italique


Lc 6,20- 26 [94] Mt 5,3-12 [''36'']

Lc 6,27-36   [95] Mt 5,43 - 48 [''44'']

Lc 6,37 - 42 [96] Mt 7, 1- 5 [''53'']

Lc 6,43 - 46 [97] Mt 7,15 - 20 [''58'']

Lc 6,47 - 49 [98] Mt 7, 24 - 27 [''60'']

Mt 6,19 - 21 [49] Lc 12,33 - 34 [''193'']

Mt 6,22 - 23   [50] Lc 11,34 - 36 [''184'']

Mt 6,24 [51] Lc 16,13 ''[221'']

Mt 6,25 - 34 [52] Lc 12,22 - 31 [''192'']

Mt 7,1 - 5 [53] Lc 6, 37 - 42 [''60'']

Ce phénomène apparaît surtout dans le discours inaugural [94-98] et dans la section péréenne.


3. matériaux communs à Mt et à Mc.


Tout comme dans la triple tradition, une lecture continue est possible pour les deux évangiles car l'ordre des versets est respecté. On y rencontre peu de phénomènes de déplacement pour le troisième évangile .

Section des pains = Mt chapitre 14-16 et Mc chapitre 6-8 [136-143]


4. matériaux communs à Mc et à Lc :


Cas rare avec exemples en [32 ; 116]. Toutes les péricopes suivent l'ordre comme dans la triple tradition avec de nombreux phénomènes de déplacement pour le troisième évangile.


5. matériaux propres à Mt :


    Cas assez fréquent. Une lecture continue est possible comme dans la triple tradition

Récit de l'enfance [3-7]
Sermon sur la Montagne = Mt chapitre 5-7 [40-46]
Discours en paraboles = Mt chapitre 13 [122-125]
Récits des apparitions du Ressuscité [319-321]

Il faut ajouter six cas de déplacement où une péricope de Mt est déplacée par rapport à l'ordre des péricopes parallèles de Mc et de Lc. Ici aussi, deux numéros de péricopes sont nécessaires dans la synopse

Comparez


Les démoniaques géraséniens Mt 8, 24 - 34 [68] Mc 5,1 - 20 = Lc 8, 26 - 39 [128]

La fille de Jaïre Mt 9, 18 -26 [72] Mc 5,21 - 43 = Lc 8, 40 - 56 [129]


6. matériaux propres à Mc :


   cas très rare. Exemples en [106 ; 117 ; 144] plus les  récits des apparitions du Ressuscité [325-327] dans la finale longue


7. matériaux propres à Lc :


    cas le plus fréquent. Une lecture continue est possible comme dans la triple tradition

Récits de l'enfance [8-17]
Section péréenne = Lc chapitre 9-18 [174-233] . Il s'agit du nom traditionnel donné à une grande incise en grande partie propre à Luc, comprenant surtout des discours et organisée autour d'un récit de voyage ( mais un voyage par la région de la Pérée reste à démontrer)
Récits des apparitions du Ressuscité [322-324]

Il faut ajouter ici aussi six cas de déplacement où une péricope de Lc est déplacée par rapport à l'ordre des péricopes parallèles de Mt et de Mc. Par exemple, les vrais parents de Jésus : [111] Mt 12,46 - 50 = Mc 3,31 - 35 et Lc 8, 19 -21 [126]

 Statistiques

 Les chiffres peuvent varier d'une étude à l'autre pour différentes raisons :

différence dans le nombre de versets : par exemple choix de la finale brève ou de la finale longue de Marc.
différence dans le nombre de péricopes (Deiss: 395 Ebior: 397 Boismard : 376) : la découpe descend-t-elle au niveau du sous-verset ? comment est-elle réalisée ?
différence dans la répartition entre tradition : quel est le critère utilisé pour décider que deux péricopes sont communes ?  Les exemples sont nombreux : les généalogies et le Notre Père pour Mt et Lc ou bien le récit de la tentation chez Mc comparé à celui de Mt et de Lc. EBIOR DB-Synopse suit un critère formel : double tradition signifie présence simultanée en Mt et Lc et absence en Mc, quelles que soient les différences rencontrées, plus ou moins importantes.

Ce qui compte, ce sont les résultats généraux qui restent constants dans toutes les études, malgré des divergences de détail.

Statistiques par péricopes




Tradition Nbre péricopes    

       

Mt-Mc 31 9,4% 7,8%

Mt-Lc 74 22,5% 18,6%

Mc-Lc 13 4,0% 3,3%

Mt-Mc-Lc 66 20,1% 16,6%

Mt 59 17,9% 14,9%

Mc 10 3,0% 2,5%

Lc 76 23,1% 19,1%

Synoptiques 329 100,0% 82,9%

       

Jn 68   17,1%

Total 397   100,0%



Statistiques par versets




Tradition Versets Mt   Versets Mc   Versets Lc   Total  

                 

Mt-Mc 182 17,0% 198 29,1% 0 0,0% 380 13,1%

Mt-Lc 216 20,2% 0 0,0% 229 19,9% 445 15,3%

Mc-Lc 0 0,0% 93 13,7% 67 5,8% 160 5,5%

Mt-Mc-Lc 363 33,9% 351 51,6% 333 29,0% 1047 36,1%

Mt 310 28,9% 0 0,0% 0 0,0% 310 10,7%

Mc 0 0,0% 38 5,6% 0 0,0% 38 1,3%

Lc 0 0,0% 0 0,0% 521 45,3% 521 18,0%

Total 1071 100,0% 680 100,0% 1150 100,00% 2901 100,0%

  36,9%   23,4%   39,6%      



Graphiques

    

Stat-Mt1.gif
Stat-Mc1.gif
Stat-Lc1.gif


Notions complémentaires

Comme indiqué ci-dessus, la succession des péricopes permet dans certains cas une lecture continue et simultanée de versets appartenant à différents évangiles. Dans d'autres cas, il n'y a pas de correspondance et la lecture synoptique juxtapose des versets provenant de chapitres différents du même évangile . 
L'évangile de Jean propose une séquence des événements fort différente de celle des évangiles synoptiques. Cependant de nombreux points de convergences apparaissent : le baptême de Jésus [22], la multiplication des pains [135] et surtout les récits de la Passion [293-296 ; 306-315]
Existence de doublets : traditions répétées deux fois dans un même évangile ( principalement Mt mais aussi Lc)

 Ces particularités compliquent les données et doivent être prises en compte dans toute tentative d'explication globale du fait synoptique.

Statistiques des types de discours dans les traditions synoptiques :


Tradition Paroles  et discours Texte ordinaire Paraboles Récits Total

Mt-Mc 12 4 1 14 31

Mt-Lc 48 12 12 2 74

Mc-Lc 2 5 0 6 13

Mt-Mc-Lc 18 10 3 35 66

Mt 28 6 8 17 59

Mc 3 2 1 4 10

Lc 22 11 15 28 76

Jn 24 7 0 37 68

Total 157 57 40 143 397

Concordances  


Au niveau du contenu


Même distribution fondamentale des événements rassemblée en quatre séquences sur une seule année


  Matthieu Marc Luc

Baptême et début de la vie publique 3,1 - 4,11 1,1-13 3,1 - 4,13

Prédication en Galilée 4,12 - 18,35 1,14 - 9,50 4,14 - 9,50

Montée à Jérusalem 19,1 - 20,34 10,1-52 9,51 - 18,43

Passion et Résurrection 21 - 28 11 - 16 19 - 24

Quelques remarques

La répartition entre la prédication en Galilée et la montée à Jérusalem est différente chez Mt par rapport à Mc - Lc

Une comparaison avec les séquences fort différentes de Jean , étalées sur trois ans, serait fort instructive


Au niveau des séquences identiques de plusieurs péricopes


 Dans la triple tradition


[69] La guérison du paralytique de Capharnaüm Mt 9,1-8 8 Mc 2,1-12 12 Lc 5,17-26 10

[70] Appel de Lévi Mt 9,9-13 5 Mc 2,13-17 5 Lc 5,27-32 6

[71] Question sur le jeûne Mt 9,14-17 4 Mc 2,18-22 5 Lc 5,33-39 7

  Nombre de versets   17   22   23

[145] Profession de foi de Pierre Mt 16,13-20 8 Mc 8,27-30 4 Lc 9,18-21 4

[146] Annonce de la Passion Mt 16,21-23 3 Mc 8,31-33 3 Lc 9,22 1

[147] Le disciple de Jésus Mt 16,24-26 3 Mc 8,34-37 4 Lc 9,23-25 3

[148] La venue du Royaume Mt 16,27-28 2 Mc 8,38-9,1 5 Lc 9,26-27 2

[149] La Transfiguration Mt 17,1-9 9 Mc 9,2-10 9 Lc 9,28-36 9

  Nombre de versets   25   25   19

[256] Controverse sur l'impôt Mt 22,15-22 8 Mc 12,13-17 5 Lc 20,20-26 7

[257] Controverse sur la résurrection Mt 22,23-33 11 Mc 12,18-27 10 Lc 20,27-40 14

[258] Controverse sur le premier commandement Mt 22,34-40 7 Mc 12,28-34 7    

[259] Controverse sur le Messie Mt 22,41-46 6 Mc 12,35-37 3 Lc 20,41-44 4

  Nombre de versets   32   25   19

 


Au niveau de l'expression


  • dans les mots

Pour la prédication de Jean-Baptiste [19] ( Mt 3, fin du verset 7 -10 et Lc 3, fin du verset 7 - 10 ), les deux textes grecs se composent de 60 mots identiques consécutifs sur un total de 62. Une telle identité verbale est fort surprenante. Une autre concordance verbale moins spectaculaire ( plus ou moins 20 mots) se retrouve en Mc 8,35 et en Mt 16,25.

  • dans les paroles de Jésus qui sont identiques

pour l'épisode du centurion en Mt 8,5-13 [63] = Lc 7,1-10 [99]

pour la guérison de l'épileptique Mt 17,14-20 = Mc 9,14-29 = Lc 9,37-43 [151]

  • dans les mots uniques (hapax ) ou rares

Le mot epiblhma (pièce, morceau) apparaît en Mt 9,16 = Mc 2,21 = Lc 5,36 [71] alors qu'on ne le retrouve nulle part ailleurs dans le Nouveau Testament.

Même remarque dans la prière du Notre Père pour le mot epiousioV en Mt 6,11 = Lc 11,3 (sens difficile à déterminer : de ce jour, de chaque jour, nécessaire pour vivre ?)

Plusieurs dizaines de mots ou d'expressions rares mais apparaissant dans les mêmes péricopes ont été relevées par les philologues ( Hawkins, Horae synopticae)

  • dans les citations explicites de l'Ancien Testament qui sont identiques dans les synoptiques ( Mt 3,3 = Mc 1,3 = Lc 3,4) alors qu' elles se présentent d'une manière différente dans le texte hébreu ou grec d'origine. Ainsi, dans l'exemple précédent, le chemin de Dieu devient celui du Messie.

Discordances


Au niveau du contenu


  1. Les récits de l'enfance sont absents chez Mc et ne concordent pas chez Mt et Lc.
    Même remarque au sujet de la généalogie de Jésus ( Mt : 3 séries de 14 noms d'Abraham à Jésus / Lc : 77 noms d'Adam à Joseph ) ainsi que pour la formulation des béatitudes [36] et du Notre Père [47]
    Nombreuses paraboles propres à Lc : la Samaritaine, le fils perdu, le riche et Lazare
    Les trois récits des apparitions du Ressuscité sont différents (Mt : en Galilée ; Lc : à Jérusalem)


Au niveau des séquences


  • L'appel des premiers disciples précède chez Mc 1,16-20 [27] la prédication de Jésus à Capharnaüm alors qu'il la suit chez Lc 5,1-11 [34]
    Lc 4,16-30 [26] rapporte la prédication de Jésus à Nazareth dès le début de son évangile alors que Mc 6,1-6 [130] la raconte plus tard.
    Dans un large regroupement, des interversions apparaissent. Comparez l'ordre de Marc :

[69 à 71] Mc 2,1 - 2,22 Mt 9,1 - 9,17

[127-128] Mc 4,35 - 5,20 Mt 8,18 - 8,34

[129] Mc 5,21 - 5,43 Mt 9,18 - 9,26

avec celui de Matthieu :


[66 à 68] Mt 8,18 - 8,34 Mc 4,35 -5,20

[69-71] Mt 9,1 - 9,17 Mc 2,1 - 2,22

[72] Mt 9,18 - 9,26 Mc 5,21 - 5,43

Les séquences successives apparaissent en grisé, les séquences interverties en italique


Au niveau de l'expression


  • dans les dernières paroles de Jésus qui diffèrent entre Mc 15,34 [310] avec une seule parole et Lc 23,34/43/46 [310-312-313] avec trois autres paroles différentes
    structure fixe, mots variés

Mt 23,13 [261] = Lc 11,52 [185

Ces détails peuvent paraître insignifiants mais leur répétition intrigue et reste difficile à expliquer.


  • mots fixes, structure variée

des mots demeurent identiques mais changent de sens ou expriment des réalités différentes. Comparez

  • Mt 1,26 jwnhsan jwnh megalh en criant d'une voix forte (l'esprit sort du possédé
    Lc 4,33 anekraxen jwnh megalh l'esprit cria d'une voix forte (pour accueillir Jésus possédé)
    Mt 14,24   la barque battue ( basanizomenon ) par les vagues
    Mc 6,48   les disciples s'épuisant  ( basanizomenouV ) à ramer
    Mt 13,35 lui, le fils du charpentier ( o tou tektonoV uioV )
    Mt 6,3 le charpentier , le fils de Marie  ( o tektwn o uioV thV MariaV )

Auteur : Fernand LEMOINE 

©  EBIOR, 30/09/2003

 bible@ebior.org