La justice

De Ebior
Révision de 31 août 2013 à 15:50 par Scholasate (discussion | contributions) (Page créée avec « '''La justice''' oriente vers le bien (spirituel) la volonté, qui est souvent attirée vers les choses sensibles, les plaisirs, les sentiments. Le bien est montré par l'int… »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

La justice oriente vers le bien (spirituel) la volonté, qui est souvent attirée vers les choses sensibles, les plaisirs, les sentiments. Le bien est montré par l'intelligence, mais il est évident que sans la volonté, le bien ne sera pas atteint concrètement.

Les enfants ressentent profondément l'injustice, car ils veulent naturellement être aimés comme une personne, recevoir un amour sans partage. Mais la justice, dans ce cas, ce n'est pas nécessairement de donner la même chose à chacun de ses enfants. Il y a une justice "distributive", chacun, dans la famille par exemple, reçoit en proportion de son âge et de ses besoins concrets, pour un époux, son épouse passera toujours devant ses enfants ou ses propres parents, et réciproquement; et il y a une justice "commutative", dans l'amitié par exemple, ce n'est pas toujours le même qui invite et qui paie les frais… Enfin il y a une justice "légale", souvent codifiée dans les lois civiles, comme la légitime défense ou l'assistance à personne en danger: on tue quelqu'un de coupable, pour protéger quelqu'un d'autre d'innocent. C'est un acte de justice ! Ne pas le faire serait injuste. On rejoint là les questions liées au moindre mal.