Découvertes bibliques

De Ebior
Révision de 6 mars 2011 à 10:58 par WikiSysop (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Manuscrits bibliques : nouvelles découvertes

Les grandes découvertes de manuscrits anciens, telles que celle de Qumrân en 1947 ou celle du Monastère du Sinaï en 1975, ont attiré à juste titre l'attention du monde chrétien. Les découvertes plus petites passent par contre assez facilement inaperçues. Il a quelque temps, le journal « Dimanche » signalait la découverte d'un papyrus portant un fragment de l'Épître aux Hébreux. Mes recherches sur Internet m'ont permis de me rendre compte que d'autres découvertes ont été faites dans ces dernières années.

Tout d'abord, la découverte en 2003, à Cambridge, de 6 fragments bibliques, ayant appartenu à la collection privée De Hamel. Il s'agit de manuscrits onciaux (textes en écriture majuscule) qui ont été découpés à date ancienne pour servir de matériel de reliure. Nous avons ainsi Rm 8 :1-13 (VIIIe-IXe s.), Lc 5:23-24, 30-31, 7:9, 17-18 (IIIe-IVe s.), Mc 4:9-15 (Ve s.), Jn 5:43 (VIe s.), Mc 2 :19, 21, 25, 3 :2 (IVe-Ve s.), ainsi qu'un fragment de la traduction grecque des LXX : Jr 14:3-9 (IVe s.).

Ces fragments du NT sont intégrés dans le catalogue de Gregory-Aland sous les numéros 0311 à 0315. Depuis, d'autres découvertes d'onciaux ont encore eu lieu.

Un fragment de Jude (18-25) du VIIe s., et un autre de Marc (9:2-14) du VIe-VIIe s sont conservés à New-York, à la Pierpont-Morgan Library; la Bibliothèque Universitaire de Cambridge possède un oncial du VIIe s. contenant Mc 14:52-53, 61-62. Deux papyri ont également été découverts: un du IVe-Ve s., contenant 2 Co 7:6-8, 9-11, et un du IIIe s., contenant Rm 15:26-27, 32-33, 16:1-4, 7, 11-12.
Au total, le nombre des témoins grecs du Nouveau Testament qui sont officiellement catalogués s'élève actuellement à 5746 :
118 papyri, 318 onciaux, 2877 minuscules et 2433 lectionnaires 
(manuscrits adaptés pour la lecture liturgique dans les Eglises).
En outre, une visite de spécialistes à la Bibliothèque du Patriarcat grec orthodoxe de Constantinople, en 2004, 3 manuscrits du Nouveau Testament auparavant inconnus ont été repérés: des fragments d'un codex oncial datant probablement du IIIe-IVe s., contenant les chapitres 3 et 6 de l'Évangile de Marc, et réutilisés au XIIe s. pour écrire au dessus du texte biblique un autre texte, ici un non biblique (c'est ce qu'on appelle un palimpseste). Les deux autres manuscrits sont des minuscules contenant tout le Nouveau Testament. Ces 3 manuscrits ne sont pas encore officiellement catalogués.
Dans le domaine des versions, signalons également la découverte récente de deux importants manuscrits en vieux slave, contenant les Épîtres. Cette découverte a incité quelques slavisants à lancer un projet d'édition critique du Nouveau Testament en vieux slave.

Auteur : Jean-Louis SIMONET, pasteur évangéliste belge

Date : 22 juin 2005

Introduction aux témoins du texte grec